Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

TLEMCEN

Rencontre scientifique autour de la planification familiale

L’Institut national de formation supérieure de sages-femmes de Tlemcen a abrité dernièrement les travaux de cinq ateliers régionaux de formation et d’information sur les méthodes contraceptives modernes jugées efficaces, réversibles et de longue durée d’action ayant trait notamment au dispositif intra-utérin (DIU). Ce regroupement auquel ont pris part 118 agents venus des wilaya du Nord-Ouest et des Hauts-Plateaux, a été initié par la direction de la santé et de la population et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de consolidation du plan national de la planification hospitalière. En complément de l’objectif global, un nombre d’actions spécifiques ont été visées par lesdits ateliers, à savoir notamment la lutte contre les causes de résistance au DIU (ancienne appellation stérilet) tant parmi les prestataires que chez les consultantes.
Il a été également question de l’amélioration de la connaissance et du renforcement des capacités scientifiques des stagiaires en vue de promouvoir l’utilisation du DIU, le tout inscrit dans le processus d’information et de sensibilisation en matière de planification familiale au niveau local. L’un des ateliers a donné lieu à la présentation d’un nombre de communications et d’interventions animées par des experts nationaux avec notamment le traitement des deux thématiques dictées par les résultats de l’étude. Il s’agit de “L’utérus cicatriciel : s’agit-il d’une contre-indication au DIU” par le professeur Afri Yamina, chef de service gynéco-obstétrique au CHU de Béni Messous et “Grossesse et DIU” traité par le professeur Tayebi Youcef, chef de service de gynéco-obstétrique à l’EPH d’El-Harrach. Lors des débats, le directeur de la santé a mis en exergue l’intérêt majeur de cette rencontre qui, a-t-il dit, “est une approche axée sur la participation active et efficace de l’ensemble des prestataires pour entreprendre des interventions-clés afin de mener avec succès le programme national de planification familiale”.


B. A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER