Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Récoltes céréalières à Oran

Soupçons autour de mauvaises semences

©D. R.

Les céréaliers de la wilaya d’Oran sont complètement désabusés. En effet, et après une pluviométrie généreuse, les récoltes de céréales de cette année sont insuffisantes à en croire les professionnels. “12 q/ha (orge, blé dur, blé tendre) cette année alors que l’année dernière nous avons récolté plus de 20 q/ha malgré une faible pluviométrie.
Je pense que le problème réside dans les semences”, explique un agriculteur de père en fils de la région d’Oued Tlélat. Selon les échos parvenus, des parcelles entières n’ont pas donné de bonnes récoltes alors que d’autres ont sauvé la saison de la moisson. Plusieurs fellahs sont unanimes à dénoncer la mauvaise qualité des semences : “Certains ont eu de bonnes semences mais d’autres non, et ce, à travers toute la wilaya d’Oran. Cette disparité dans le rendement appuie nos doutes sur la qualité des semences qui a fait la différence d’une parcelle à une autre”, précise notre interlocuteur. Et d’ajouter : “Que ce soit pour l’orge, le blé dur ou le blé tendre, nous dénonçons la qualité des semences dans la mesure où la pluviométrie a été la même à travers notre wilaya.” Aujourd’hui, les langues se délient et relatent des pratiques malsaines mais sans présenter de preuves palpables. Avec 45 000 ha emblavés, les prévisions prévues sont de l'ordre de 500 000 q. L’objectif fixé par les services agricoles est d’améliorer le rendement et la qualité des céréales pour une autosuffisance en produits céréaliers. Pour leur part, les CCLS fixent à l’achat les prix suivants : orge 2 500 DA/q, blé tendre 3 500 DA/q et le blé dur à 4 500DA/q. Cependant, ces produits céréaliers sont vendus aux éleveurs et minoteries à un prix subventionné de 1 250 DA/q, et c’est là que la pratique frauduleuse commence.

NOUREDDINE BENABBOU  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER