Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Bataille rangée à Oued Tlélat

Un à deux ans de prison pour neuf inculpés

La salle d’audience du tribunal d’Oued Tlélat était pleine à craquer, envahie par des citoyens et proches, jeudi dernier, venus suivre le procès des neuf inculpés, dont une jeune fille et deux étudiants, impliqués dans une bataille rangée entre deux bandes de la cité des relogés de Cheklaoua d’Oran au pôle urbain d’Oued Tlélat. Les faits remontent au 27 septembre dernier quand une bagarre éclate entre un mineur et un adulte. Ce dernier grièvement blessé par une arme blanche est évacué vers les urgences d’Oran où il subit une opération chirurgicale. Alerté par téléphone, la police se rend sur les lieux et constate une bataille rangée entre deux clans. L’un du côté du mineur et l’autre de la victime. Il a fallu le renfort de la BRI de la wilaya d’Oran pour mettre fin aux violences et entamer des arrestations. Lors de l’audience, les neufs prévenus poursuivis pour attroupement armé, destruction de biens publics et atteinte à l’ordre public, ont tous nié les faits reprochés. Quant au mineur et sa victime, l’affaire sera traitée par le juge des mineurs. Les avocats de la défense ont tenté de déculpabiliser leurs clients et démolir les accusations du parquet. “Nos clients n’ont jamais utilisé des armes et aucune preuve n’existe. Seul le mineur a utilisé une arme blanche et l’a avoué. Quant à la destruction de biens publics, même constat : ce n’est pas parce qu’ils ont pris la fuite en voyant la police qu’ils sont coupables”, explique l’un des avocats dans sa plaidoirie. Sa consœur ajoutera que “ce sont des innocents. Les coupables sont dehors puisque les preuves de la culpabilité de nos clients ne sont pas établies”. De son côté, la partie civile, en l’occurrence l’APC d’Oued Télat, réclame 150 millions de centimes de dommages et intérêts “pour une vitre cassée et un abribus endommagé sans présenter une facture ou une pièce comptable”, souligne l’un des avocats. Après les interventions du juge pour éclaircir les zones d’ombre, le procureur requiert 5 années de prison pour l’ensemble des prévenus. Tard dans la soirée, nous avons appris que les 9 inculpés ont été condamnés à des peines d’un an de prison ferme pour les uns et deux ans pour les autres, assorties d’une amende de 100 000 DA pour chacun.      


NOUREDDINE BENABBOU


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER