Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Village Ghemaïzia d’Oued Djema (Relizane)

Un désert sanitaire

©D. R.

Ghemaïzia compte parmi les villages de la commune d’Oued Djemaâ les moins lotis en matière de couverture sanitaire. En effet, à l’heure où les questions tournent autour de la problématique de l’amélioration de la qualité des soins, les infortunés villageois de cette circonscription rurale n’ont pas encore gagné le pari de l’accessibilité aux soins de base. C’est, en somme, un désert sanitaire qui ne dit pas son nom, dans la mesure où la plupart des localités ne disposent pas d’unités de soins. “Il faut s’astreindre à un trajet d’une vingtaine de kilomètres, voire plus, pour trouver un infirmier ou un toubib”, dira avec une pointe de dépit, un citoyen du village Ghemaïzia. Les quelques structures de proximité, veillottes et surannées, implantées dans certains villages, sont loin de remplir leur mission, tant elles fonctionnent de manière aléatoire. “Il y a toujours quelque chose qui ne tourne pas rond. Soit l’infirmier en charge des soins est absent, ou alors ce sont des consommables ou des produits médiaux qui sont en rupture”, atteste un retraité du village sus-évoqué. Et d’enchaîner : “Il serait préférable de fermer ces structures, au lieu de les laisser dans cet état lamentable”. Abondant dans le même sens, un habitant du village de Blaid dira que de telles entités n’ont qu’une existence formelle. “Elles ne sont quasiment d’aucun secours pour la population. D’ailleurs, à force d’être déçus, les gens ont appris à ne plus compter sur ces structures”, souligne-t-il. “Nous endurons un calvaire sans fin. Pour refaire un pansement, il faut parcourir de longues distances. Si votre médecin traitant vous prescrit une dizaine de piqûres, il est aisé d’imaginer la somme d’efforts à fournir et l’argent à dépenser pour se faire soigner”, affirme sur un ton de dépit, un villageois de Chehaïdia. D’autres voix s’élèvent pour dénoncer l’absence d’un point d’urgence, alors que d’autres appellent de leurs vœux l’ouverture d’une maternité rurale. “Nos malades et nos parturientes sont évacués dans des conditions périlleuses. Rallier l’hôpital d’Oued Djemaâ de nuit, en empruntant des routes cahoteuses et accidentées, cela n’est vraiment pas une partie de plaisir”, clame un villageois.

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER