Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Bourouis à Oued Fodda (Chlef)

Un douar privé de tout

© D.R

Le douar de Bourouis à la sortie ouest de la ville d’Oued Fodda dans la wilaya de Chlef manque cruellement de développement local. Pour ses habitants, la situation a trop duré et la vie quotidienne de chacun d’eux devient de plus en plus difficile, voire insupportable. “Nous vivons depuis des années une pénible marginalisation dont les répercussions négatives compliquent davantage notre existence ici.

Comment se fait-il que l’eau potable n’ait jamais existé dans notre douar et ce, depuis plus de 17 ans ? Et ce n’est pas uniquement l’eau qui fait défaut ici, suite à la vétusté des conduites dont la réalisation remonte à des dizaines d’années, mais presque toutes les commodités indispensables à la vie décente que chacun de nous souhaite avoir”, racontent d’emblée plusieurs habitants à Bourouis. 

Ces derniers qui font savoir que toutes les autorités locales communales et aussi celles de la wilaya sont à chaque fois informées de leur délicate situation, évoquent également le problème relatif à l’assainissement et aux conduites d’évacuation des eaux usées qui se pose d’après leurs témoignages, avec acuité dans tous les quartiers du douar qui accuse un retard énorme notamment en matière de développement local. “Face à cette situation grave et dangereuse, nous nous trouvons dans l’obligation d’utiliser des fosses communes que nous réalisons dans presque tous les endroits afin d’y rejeter nos besoins et dans lesquels se déversent aussi des eaux usées et pluviales”, ajoutent encore nos interlocuteurs.

Parmi les autres préoccupations que les citoyens à Bourouis qualifient de majeures et d’inquiétantes, il y a lieu de signaler l’état déplorable de certaines routes et ruelles malgré qu’elles jouxtent la RN 4, le manque de transport scolaire, l’absence d’abribus, l’anarchie dans le raccordement au réseau d’électricité à partir de certains pylônes et l’absence quasi totale de projets de développement qui concernent plusieurs secteurs. 

Pour les mêmes habitants, la responsabilité des élus communaux d’Oued Fodda est entièrement engagée. “Nous les tenons pour responsables de ce que nous endurons depuis des dizaines d’année. Par contre, nous comptons beaucoup sur l’intervention des autorités locales compétentes de la wilaya pour qu’une prise en charge nous soit enfin accordée”, concluent de nombreux citoyens à Bourouis qui continuent de souffrir et d’attendre la lueur de l’espoir.

 

 

AHMED CHENAOUI 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER