Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

#EspacesLibres / Partenariat Réd-DIG-"Liberté"/Le Cercle(ESAA)

#LibertéVENDREDI

Yennayer 2968: l’heure de la célébration !

©D.R.

Yennayer, un simple mot composé de deux syllabes : « Yen » qui définie le chiffre :un et « Ayer » qui veut dire :Mois.

En Algérie nous avons tendance à assimiler cette fête à la tradition kabyle ,et bon nombre s’en désolidarise, considérant que cette célébration ne les concerne pas. Mais la donne a changé depuis la constitutionnalisation de l’amazighité algérienne et  la promotion de Yennayer en tant que fête chômée payée sur tout le territoire national.    

C’est une victoire honorable pour le peuple Amazigh qui prône fièrement sa tradition et qui a  depuis longtemps revendiqué ses droits.

Yennayer est une fête très appréciée par la population berbère et dans les pays d’Afrique du nord (le Maroc a titre d’exemple). Elle est dignement fêtée car elle est synonyme de moment de convivialité où tous les membres d’une famille se réunissent et partagent des instants de bonheurs autour d’une table bien garnie d’un repas copieux constitué de viande , volailles, ou dans certaines régions le sacrifice d’un mouton. Egalement Gâteaux, crêpes, beignet  ou encore fruits secs, friandises et toutes sortes de sucreries sensés représenter une année pleine de succès.

Yennayer a une signification bien plus profonde que premier mois de l’année ; c’est une fête qui est basée sur des événements qui ont marqué l’histoire du peuple Amazigh.

 Dans certaines familles vous trouverez une bête sacrifiée un repas frugal :coq pour L’homme et poulet pour la femme ,un plat traditionnel tel que le couscous plat typique des berbères  accompagné de légumes verts ou encore un poulet farci de riz et de raisins  secs  cuits  dans du berkoukes et pour finir la soirée en beauté, gâteaux, gourmandises et thé chaud sont servis tard dans la soirée afin d’accueillir chaleureusement la nouvelle année en se souhaitant les meilleures vœux.

Mais , tout ceci reste des traditions ancrées chez tout le monde bien que personne ne soit obligé  de les respecter à la lettre, chacun est libre de la fêter comme il l’entend . Le plus important c’est de vivre des moments de bonheurs qui resteront gravées  dans la mémoire de chacun et faire perpétuer la tradition pour la génération à venir.

 La reconnaissance que Yennayer est un événement national qui prouve que l’Algérie est et a toujours été berbère . Pour finir… Assegas Amegaz !

Samira BOUREGHDA 

Partenariat Réd-DIG-"Liberté"#RDL/Le Cercle (ESAA)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER