Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Partenariat Réd-DIG-"Liberté" (#RDL)/CAP(ENP)

CAP (ENP)/Liberte-algerie.com

Les réseaux sociaux nous envahissent: Jadis, tout était différent

D.R

Vous avez souvent tendance à entendre par vos grands-parents, la fameuse phrase «à l’époque, ce n’était pas ainsi, c’était mieux !», une phrase qui énerve certains, qui fait rire d’autres ou carrément indiffére le reste. Jeunes gens, vos papis et mamies ont d’une part bien raison ! Il faut l’admettre même si cette triste réalité vous chagrine car le XXIème siècle est synonyme de créativité et progrès technologique.

Le monde évolue à une vitesse fulgurante vers la bonne ou la mauvaise voie et c’est le comportement de l’individu à l’égard du changement qui le décide. Vous êtes donc ses principaux acteurs !

Nous vivons aujourd'hui une épidémie de fatigue résultant d'une longue suite d'influences culturelles, économiques et technologiques surtout. Dans les grandes surfaces, les gens ne savent plus où donner la tête. À gauche, il y a des PC portables et des tablettes ; à droite, des smartphones proposant des fonctionnalités multiples dont la capacité d’aller sur internet.  Ah ! INTERNET,  tout a commencé à son arrivée.

Ça ne parle pas du Web à usage pratique, celui qui permet de s’informer, de se cultiver rapidement, de réserver un billet d’avion ou d’agir à distance. Ce service-là est aussi salutaire et révolutionnaire que l’invention du téléphone ou de l’électricité. Non, il s’agit des réseaux sociaux, de véritables aspirateurs de temps. Ce terrain vague de l’ennui,  subit un usage excessif.

Actuellement, la concurrence est rude, la toile compte de nombreux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, WhatsApp, Youtube, Snapchat ) qui occupent une partie importante de la vie quotidienne, pour la majorité des utilisateurs, il est impossible de s’en passer ou même d’envisager de vivre sans.

Prenons exemple de Facebook « le chouchou », le plus grand réseau social  planétaire, inventé en 2004 par un américain, pour vous donner plus d’idées, plus de 1.09 milliard d’abonnés sur Facebook, soit un (01) humain sur sept (07) se connecte gratuitement, poste des messages, poste des photos et surtout se fait des amis. En Algérie, il y a plus de 12.1 millions d’algériens qui utilisent Facebook, des chiffres qui donnent le vertige !

 Tous ces réseaux sociaux font vraiment tout pour attirer plus d’abonnés mais réellement, il y a un véritable business qui se cache derrière, une fois qu’il accepte de s’inscrire, en un clic, un abonné reçoit des services généralement gratuits mais en contrepartie d’une utilisation commerciale de ses données personnelles. Du coup, notre vie privée devient une vraie mine d’or. Mais que cherchent les jeunes sur les réseaux sociaux?

À vrai dire, les réseaux sociaux permettent de satisfaire l’un de leurs besoins fondamentaux, se « mettre en avant ». Certains psychiatres et psychanalystes pensent que ce désir passe aujourd’hui par les réseaux sociaux. Car chacun peut modeler son identité numérique à sa guise. Ces jeunes se construisent un cocon virtuel propre à eux, un cocon leur servant de moyen d’expression ou de faire part de leurs centre d’intérêts ou bien  de leurs buts purement professionnels. Une mode qu’ils s’autorisent fièrement à suivre mais malheureusement, cela peut virer vers l’excès et le déraisonnable. L’utilisation  de ce canal nécessite une très  grande prudence, une fois qu’elle dépasse le seuil de la normale, cela pourrait bien évidemment vite entraîner des conséquences désastreuses.

Arnaque, harcèlement, vol d’identité numérique…Tout le monde est exposé à ce genre de dangers qui n’épargnent personne, en particulier la pathologie de l’addiction, un degré avancé de dépendance, à ce stade les réseaux sociaux envahissent la pensée, les émotions et les comportements (perte de contrôle) des sujets, enregistre des sautes d’humeurs et provoque aussi chez eux une phobie sociale ainsi que scolaire pour les moins jeunes.

Même s’ils possèdent quelques avantages, pensez-vous vraiment que ces réseaux sociaux vous poussent à devenir des personnes meilleures, vous encouragent à rester vous-mêmes et surtout à profiter de la vie ?    

Amina OUDJIT

CAP(ENP)/Liberte-algerie.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER