Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Partenariat Réd-DIG-"Liberté"(#RDL)/Elite-Club

Journée mondiale de la liberté de la presse

Ahmed Lahri: portrait

©D.R.

De l’écologie animale au journalisme, mais qui a dit que notre avenir professionnel dépendait de notre diplôme universitaire ?

Un exemple inspirant, un talent exceptionnel, je vous parle d’un animateur hors du commun, jouissant d’une "légèreté du langage". Un personnage charismatique : Ahmed Lahri, aujourd’hui animateur du forum de l’ESAA (Ecole Supérieure Algérienne des Affaires).

Ayant étudié les sciences de la vie et de la terre à l’université de Tizi Ouzou « Mouloud Mameri », il a en effet débuté à la radio algérienne dans une émission ayant pour thème : l’environnement.

En 2002, il présenta Radio Réveil à la chaine 3. Ensuite il rejoignit CANAL ALGÉRIE afin d’animer deux émissions télévisées s’intitulant : « Sur le vif », puis « Question d’actu ».

Il remporta, quelques années plus tard, le prix de l’écran d’or pour avoir été le meilleur présentateur du journal télévisé sur CANAL ALGÉRIE.

Une succession de succès qui s’acheva en 2016 : suspendu de la présentation du JT suite à un malentendu avec sa rédaction. Un licenciement créant le buzz sur les réseaux sociaux, figurant également sur la Une de quelques journaux étrangers.

Des messages de soutien, des demandes d’explication, certains dirent qu’il n’avait pas été suspendu mais qu’il avait rejoint la rédaction de la chaîne.

Jusqu’à aujourd’hui, nous ne savons pas ce qu’il s’était réellement passé.

Une "petite faute" qui lui a coûté cher dirent-ils.

Mis à l’écart à cause d’une simple faute ou oubli ou pour un simple malentendu, à quoi bon être journaliste si le droit à la liberté d’expression nous est omis ?

Quoi qu’il en soit, en ce 3 mai 2017, nos pensées, notre soutien ainsi que notre respect sont pour tous les martyrs de la liberté d’expression et de la presse.

                                                                                  Melissia LAZIB

                                  (Elite-Club­( ESGCI)/Rédaction Numérique de « Liberté »)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER