Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Partenariat Réd-DIG-"Liberté"(#RDL)/Elite-Club

Journée mondiale de la liberté de la presse

Otaku-Attitude: une liberté d’expression non reconnue

©D.R.

Savez-vous ce qu’est un otaku ?  Et bien selon les dictionnaires :

« Otaku désigne une personne qui consacre une partie de son temps à des activités comme le manga, les dessins animés, les jeux vidéo, c'est-à-dire à des activités d'intérieur. Le terme otaku vient du japonais, qui est composé du substantif "taku" signifiant "chez soi" et de la préposition honorifique "o". (Source : http://www.linternaute.com)

Pour plusieurs jeunes dans le monde, être un otaku c’est avant tout être une personne qui vit sa passion pour les mangas, les jeux, les animes. Et quand on dit dans le monde ça n’écarte certainement pas l’Algérie, car oui,  énormément de jeunes algériens aujourd’hui ont choisis l’otaku attitude comme passion et ils y consacrent leur majeur parti du temps.

Bien que  notre population soit majoritairement jeune, la jeunesse ne s’exprime pas assez et quand elle le  fait ; elle est forcément catégorisé, jugé voir mal jugé ! 

Pourquoi ? Pourquoi est-ce si mal vue de vivre sa passion peu importe son origine ? Pourquoi ne pouvons-nous pas lui consacrer notre temps? Pourquoi ne pas la reconnaitre au moins ?

La raison qui explique cette perception négative est simple : une société figée. On a beau parler des chinois, des coréens ou des japonais, mais notre propre société n'arrive pas à s'actualiser et à s'ouvrir à de nouvelles cultures.  Il est des plus logique que n’importe quel jeune  jeune algérien lambda s'intéresse au foot, au sport en général mais ce n’est surement pas normal s’il préfère passer son temps à jouer à « call of duty », «  battlefield » ou à regarder « Naruto » ou « One piece » encore une fois non, sinon ça ne serait pas normal !

Mais  le pire reste à venir, ce n’est pas uniquement d’y consacrer son temps mais d’en parler à son entourage. Le feed-back est toujours le même "Tu regardes toujours les dessins animés? Tu as quel âge?" Et pourtant, ce sont bien des jeunes qui le disent, ils rejettent quelque chose qu'ils n'arrivent pas à comprendre, parce que ce n'est pas commun, parce que ce n'est pas "algérien".

Où est donc la liberté d’expression ?

Par définition sur Wikipedia La liberté d'expression est le droit reconnu à l'individu de faire connaître le produit de son activité intellectuelle à son entourage.

Beaucoup de jeunes font des pieds et des mains pour organiser des journées spéciales pour l’otaku-attitude avec des concours différents de cosplay (déguisement en personnage fictif de mangas ou de jeux) des tournois de jeux vidéo, des représentations d’arts martiaux, des exposions de talents qui rêvent de devenir mangaka (dessinateur de mangas) ne serait-ce pas des activités et des idées qui peuvent être librement partagées en société ? Pourtant c’en ai presque un tabou ces événements qui font le bonheur de certain n’inspirent que moquerie et mépris pour d’autres.

Rayen ALILI 

Elite-Club (ESGCI)/Rédaction Numérique de "Liberté"


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER