Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

Que sait-on?

Du pétrole à gogo, mais en petites quantités !

Grâce donc à un toilettage de la loi sur les hydrocarbures, il en est attendu une meilleure attractivité de nos énergies fossiles. Les plus grandes compagnies pétrolières du monde vont accourir avec leurs derniers joujoux spécialisés dans la recherche de l’or noir en quantités suffisantes. En guise de cartes d’invitation, on retouche de nouveau la loi. Moins de charges fiscales pour eux, et plus de moyens technologiques et d’assistance pour l’Algérie. Les procédés dont disposent les potentiels partenaires étrangers sont exclusivement destinés aux découvertes de petits gisements épars. Ce dont regorgeraient les sols des différentes régions du sud du pays, à en croire nos responsables. “Les premiers résultats obtenus par Sonatrach, en appliquant ces technologies sur des surfaces réduites, sont très satisfaisants et encourageants !” a souligné à ce propos le ministre du secteur.

Du pétrole à la petite cuillère
Désormais, on n’amassera plus le pétrole à la louche, mais, à la petite cuillère. Et les liquidités qui en découleront, également à gogo, on les dépensera comment ? À la louche, comme de coutume ? Il faudrait sans doute penser aussi à revoir la loi concernant ce menu détail ! Des textes clairs qui mentionneraient dans le détail, l’affectation de chaque dollar tiré de ces hydrocarbures, arrachés difficilement au plus profond des sols, devenus subitement avares. Car, au train où l’on gère cette denrée, représentant l’unique ressource du pays, les petits bassins ne suffiront jamais à entretenir une relative aisance en trompe-l’œil. Il est connu qu’avec un petit réservoir, on ne peut ni aller vite ni aller loin ! À moins de ménager sa monture…
Sur la route de l’or noir, on y est depuis les années trente. Près d’un siècle que le pays carbure au pétrole. Il serait quand même temps de passer à une motorisation hybride. Moins dépendante de l’autre, moins polluante et plus durable surtout. Ça permettrait aussi de laisser leur part de gâteau aux générations futures. Ça serait dommage de devoir les emmener au musée pour découvrir un baril de pétrole fossilisé !

Les miracles d’une loi !
Une loi n’a jamais fait de miracle. Encore moins lorsqu’elle n’est respectée. En quoi, ces nouvelles mesures à venir changeraient substantiellement l’activité des hydrocarbures, si ce n’est pas accompagné d’autres mesures draconiennes, en amont, sur le plan de la gouvernance et du management ? C’est comme faire un trou dans l’eau ! Et si le grain de sable ne résiderait pas dans les textes, mais dans la machine ?
Enfin… c’est connu, on a beau avoir du pétrole, mais… ce sont des idées dont on a besoin. Celles qui, par exemple, ne négligent pas l’agriculture, cet or vert et durable. Celles qui ne fragilisent pas l’ensemble de l’économie du pays, parce que dépendante à hauteur de 96% des hydrocarbures.
Avoir des lois et de l’argent, c’est bien, mais ce n’est pas tout. Quant à se retrouver un jour avec comme seule ressource, des lois… je n’ose pas y penser !
Aujourd’hui, alors que les vivres viennent à manquer, l’on se rappelle au bon souvenir des sociétés étrangères. Maintenant seulement, alors que l’on se sent en position de faiblesse. Pourquoi n’a-t-on pas pensé bien avant à élaborer une loi, digne de son temps, autre que la 05/07 ? Une loi qui tiendrait compte des intérêts mutuels de chacun, des avantages fondés des uns et des autres en lieu et place de ces tergiversations législatives. C’est peut-être dû à l’opacité du pétrole. Il ne peut effectivement y avoir de vue, longue portée, quand le ciel est brumeux.

Le début de la fin ?
Serait-ce le début de la fin du pétrole ? Peut-être pas tout à fait ! Mais, c’est sans doute la fin des grandes découvertes des méga-gisements. Depuis une dizaines d’années, il n’y a que des petits réservoirs à se mettre sous la dent. Même pas de quoi attirer foule.
Les trois derniers appels d’offres dans l’amont pétro-gazier algérien se sont tous traduits par des échecs. Et le simple fait de changer la loi ne sera pas suffisant, comme seule résolution, pour booster les investissements étrangers dans le secteur. Attention, à force de naviguer à vue, on finit par devenir aveugle !
Liberterabahlarbi3c@hotmail.com
R. L.