Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

Bimensuel de l’économie et de la finance “L’Éco”

e-commerce en Algérie : beaucoup reste à faire

Le bimensuel de l’économie et de la finance l’Echo tente dans son dernier numéro (n° 61 du 1er au 15 mars 2013) de défaire la toile qui entoure le e-commerce en Algérie. Dans une enquête assez exhaustive, la revue souligne que la vente en ligne en Algérie est encore à ses premiers balbutiements au regard des progrès accomplis par les pays avancés ou encore les pays voisins. Pour comprendre les raisons de ce retard, la revue a ouvert ses colonnes à différents acteurs du secteur. Selon Ali Kahlane, président de l’Association algérienne des fournisseurs de services internet (AAFSI), le marché du e-commerce en Algérie a un avenir. Néanmoins, un nombre de manquements comme le paiement électronique et le vide juridique doivent être comblés. Abondant dans le même sens, Michel Perrinet, président-directeur général d’Octave. Biz, partenaire de la société algérienne CyberMarcket, estime que le paiement électronique, maillon essentiel dans le développement du e-commerce, tarde à voir le jour. Malgré la dynamique déjà amorcée (64 nouveaux sites marchands en janvier 2013), les différents intervenants dans l’enquête soulignent que les obstacles sont encore coriaces pour pouvoir parler d’un réel commerce en ligne en Algérie du moment qu’aucune loi le régissant n’existe à ce jour. D’ailleurs, le propriétaire du site Nechrifenet, Djamel Bendjaber, ne s’explique pas cette situation. Il affirme que c’est en quelque sorte aux pouvoirs publics de s’adapter à cette nouvelle activité en mettant en place l’arsenal juridique. En plus de cette enquête sur le e-commerce, l’Eco s’est intéressé dans ce numéro au monde de l’entreprise avec notamment un focus sur la cotation en bourse de NCA Rouiba, quatrième entreprise bientôt cotée en bourse. Selon son PDG, Slim Othmani, l’objectif premier escompté à travers cette introduction est la sortie du fonds Afric Invest du capital de l’entreprise. L’autre objectif est de faciliter, à l’avenir, l’augmentation du capital de l’entreprise et l’accès aux financements nécessaires pour son développement.
On peut également lire dans ce numéro une contribution du secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé de la prospection et des statistiques, Bachir Messaitfa, dans laquelle il dresse un tableau sur le paysage énergétique futur et la place des énergies propres à l’horizon 2030. Selon lui, la nouvelle carte énergétique se concrétise à travers un autre marché de l’énergie dans lequel la demande sur les énergies fossiles enregistre un taux plus bas. Dans la perspective de cette analyse, le secrétaire d’Etat souligne que le recensement des capacités des économies arabes offrira des opportunités innombrables permettant le placement de la région sur la carte des énergies futures.