Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

Que sait-on?

Le Batimatec : un salon, des objectifs

Que l'on soit professionnel du secteur, promoteur, heureux acquéreur, infortuné postulant ou simple promeneur, on est instantanément agressé par tous ces amas, gris-béton, superposés en guise de bâtisses.  La maison Algérie a grise mine. On ne sait pas construire. On cultive la culture de la laideur dans toute sa splendeur !    
Construire de belles habitations ou structures administratives coûte-t-il plus cher ? Non, nous ont toujours rétorqué les spécialistes du domaine. Mais dès qu'il s'agit de réaliser des projets sur le terrain, la vilenie l'emporte sur le beau. Pourtant, de belles bâtisses, il en existe partout dans le monde. Toute personne qui a eu le privilège de voyager l'a constaté. Même chez nous, quoique rarement, il arrive que l'on tombe nez à nez sur une merveille architecturale, fruit d'une initiative privée.
En tout cas, cela prouve qu'il est quand même possible de construire beau, même chez nous ! Aucun texte réglementaire ni divin ne l'interdit. Et, c'est là où le Batimatec pourrait également, même si ce n'est pas son objectif premier, offrir la possibilité aux bâtisseurs algériens de cultiver leur sens de l'esthétique architectural et urbanistique, au contact du millier de participants, tous métiers confondus.   

Les habitudes ont la peau dure !
Ce salon, le quinzième du genre, a aujourd'hui grandi. Il a réuni en son sein plus de mille professionnels du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics, issus de plus de 20 différentes nations. En même temps et dans un même lieu, on peut découvrir tous les secrets et les bienfaits de matériaux non conventionnels, pourtant bien plus appropriés dans certaines régions chaudes de notre vaste pays, plus esthétiques et bien plus économiques. Mais les habitudes ont la peau dure. Plus dure que le béton.
D'ailleurs... ne fait pas du bon béton qui veut.  Pour en avoir du bon et du solide,  une foule de critères est à observer. À propos justement de ce matériau très prisé par nos constructeurs,  il serait utile de rappeler que l'un des plus illustres architectes qui a accompli de belles réalisations dans notre pays, à savoir Fernand Pouillon, a de tout temps privilégié la pierre, l’acier, le verre, le bois et même la céramique, au béton. Cet architecte hors pair,  dont une quarantaine d'hôtels à travers le territoire national sont signés de son compas, entre autres réalisations, aurait eu 100 ans cette année. Fernand Pouillon fait appel en priorité à l’artisanat local.
Il se sert de matériaux durables et tient compte de la manière de vivre des habitants, de l'environnement, du paysage et surtout du vieillissement de ses édifices. Il inclut en amont la notion d'entretien et de décrépitude de la construction. Ce concept préventif a notamment fait l'objet de communications développées par l'architecte et consultant Nasredine Kassab, lors de ses nombreuses interventions en la matière.

Laideur verticale !
En ces temps  du “bâtiment vert”,  le Batimatec a aussi été pour ses nombreux visiteurs le révélateur de ce que l'on appelle communément “l'écoconstruction”.
Ce concept, déjà apparu vers les années soixante-dix,  désigné également “construction durable”, consiste en la réalisation  de bâtisses, maisons ou autres,  plus écologiques et moins énergivores. D'abord en amont, à son étape de création et de construction (choix des matériaux,  orientation, ensoleillement...), puis au stade de l'utilisation (chauffage, électricité, eau, déchets...). Mais construire une maison intelligente, ça passe inexorablement et avant tout par une politique de l'habitat intelligente !
Il se passera combien d'éditions du Batimatec d'ici la première pierre de la maison verte ? Bien malin qui saura pronostiquer de la fin de la laideur verticale en béton !


R. L.
liberterabahlarbi3c@hotmail.com