Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

TIC

Ouverture du technoparc d’Ouargla

L’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT)  a organisé, le 1er mars  2012, la cérémonie d’ouverture du technoparc d’Ouargla, un espace où se dérouleront des activités à forte teneur technologique, principalement dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC).   Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a procédé à son inauguration.
Son lancement est prévu dans le programme quinquennal de développement 2010-2014,  de l’ANPT, avec les parcs régionaux  de Annaba et d’Oran, lit-on dans un communiqué de l’ANPT. Il est à noter que trois autres parcs technologiques et un incubateur ont été annoncés dernièrement par le ministre de la Poste et des TIC. Il s’agit des cyberparcs de Sétif, de Constantine et de Boughezoul, et de l’incubateur de Ghardaïa. Ces parcs régionaux seront tous reliés au cyberparc de Sidi Abdellah et travailleront au renforcement des pôles industriels basés dans ces régions.
En effet, le technoparc d’Ouargla va jouer un rôle central dans le renforcement des activités industrielles en prédominance dans cette région, notamment celles liées aux hydrocarbures, mais aussi celles qui ne sont pas ou peu développées, surtout celles relatives au domaine de la mécatronique (combinaison synergique et systémique de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique en temps réel), qui pourrait constituer un axe de développement d’un nouveau tissu économique régional.
Ce technoparc intègre dans son programme  un incubateur qui constitue la pièce majeure de son dispositif.
Cet incubateur accueillera les premiers porteurs de projets innovants dans les TIC, ou utilisant les TIC, et les premières start-up TIC en démarrage d’activité, à partir de mars 2012, et ce, suite à l’appel à projets lancé par l’ANPT en janvier 2012, en direction des porteurs de projets, et à l’appel à manifestation d’intérêt aux start-up.
Après le succès qu’a connu l’incubateur du cyberparc de Sidi Abdellah, depuis son lancement en 2010, qui abrite actuellement 58 porteurs de projet de création d’entreprises innovantes dans le domaine des TIC et 15 start-up TIC en démarrage d’activité, et qui  constitue le standard des incubateurs que l’ANPT va développer à l’avenir sur le territoire national, l’incubateur d’Ouargla va participer à la création d’un même écosystème d’innovation ainsi qu’à la même dynamique entrepreneuriale.
L’incubateur d’Ouargla, à l’instar de celui du cyberparc de Sidi Abdellah, aura pour vocation de favoriser la création d’entreprises technologiques et innovantes dans le domaine des TIC dans toute  la région, en partenariat avec les universités, les grandes écoles et les structures de recherche.
“Nous restons convaincus que ces parcs technologiques créeront toutes les conditions de valorisation des compétences scientifiques et techniques nationales en matière de production de logiciels, de services et d’équipements, avec pour objectif de créer une industrie nationale des TIC, ce qui doit être une priorité dans la stratégie de développement du pays”, conclut le communiqué.