Scroll To Top

Radar / Actualités

Dans une œuvre de collection publiée par les éditions Casbah

Farida Sellal valorise l’imzad


L’instrument ancestral joué exclusivement par les femmes targuies de l’Ahaggar a été mis en valeur dans une œuvre de collection, publiée chez Casbah Éditions. Dans la préface, signée Pierre Augier, ancien directeur du département de musicologie africaine, il est rappelé que c’est autour de l’imzad “que les plus belles poésies sont chantées (…) que la vie collective s’exprime dans son histoire passée et quotidienne, dans ses critères esthétiques, moraux, culturels…” Cet héritage a failli disparaître sans l’intervention d’une association, qui lui est dédiée, laquelle a réussi à fédérer assez de soutiens pour créer une école où sera enseignée cette musique spécifique aux populations du Grand-Sud. Ensuite, une démarche est entreprise pour le faire reconnaître comme un patrimoine protégé et préservé. En 2012, le département de la Culture inclut l’imzad dans la base de données nationale du patrimoine culturel immatériel. Une étape qui a conduit, une année après, à l’inscription de l’instrument par l’Unesco sur la liste représentative du “patrimoine culturel immatériel de l’humanité”. Farida Sellal, présidente de ladite association, a conçu un livre qui raconte l’imzad à travers des témoignages et des photos belles et expressives.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER