Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Radar / Actualités

Les juifs de Constantine avant et après le décret Crémieux

L’historien Benjamin Stora en parle

Pour sa deuxième session, la rencontre littéraire “Houna Qassantina” (ici Constantine) reçoit, aujourd’hui samedi, au palais de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa, l’historien et spécialiste de la guerre d’Algérie, Benjamin Stora. L’homme, natif de la ville du Vieux-Rocher, n’a jamais rompu, de ses propres aveux, les liens avec l’Algérie depuis le départ de sa famille en France en juin 1962. Lors de l’événement d’aujourd’hui, il évoquera son enfance à Constantine et le quotidien de la communauté juive, qu’elle soit d’origine berbère ou celle venue d’Andalousie après l’Inquisition, dans ses fiefs que sont l’ex-rue de France et Kar Echarah. Il parlera de ses parents : le père bien intégré dans le monde occidental, et sa mère, juive issue de la famille des Zaoui, qui ne parlait que l’arabe dialectal. L’historien engagera le débat aussi sur la situation des juifs de Constantine avant et après le décret Crémieux ainsi que la période de son abrogation par le gouvernement de Vichy.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER