Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

11e partie

Résumé : Le père d’Aziza est vieux. Ammi Ali est venu lui demander d’assister à la fête. Selma veut refuser, mais Aziza la presse d’en profiter pour se rapprocher de Lyès. Le vieil homme partage son avis. Il s’agit de l’avenir de leur fils. Mais Selma ne voit pas les choses ainsi…

-Croyez moi ! Ma belle-mère et mes belles-sœurs ont été impitoyables avec moi !
-Je n’en doute pas un seul instant, mais Lyès n’y est pour rien ! l’interrompt Aziza. Tu ne peux pas omettre le fait de ne lui avoir rien dit ! Il ignorait tout de ce que tu endurais ! Seule sa famille t’a mené la vie dure ! Tu disais que c’était quelqu’un de bien !
D’ailleurs, c’est pour ne pas le troubler dans ses études que tu as tout gardé pour toi ! Ne le tiens pas responsable de tes choix ! Mais donnez-vous une chance maintenant !
Selma, devenue écarlate, veut bien le reconnaître.
-Oui, il était gentil ! Mais je voulais qu’il prenne ma défense, qu’il me protège d’elles !
-Ta rancœur envers ta belle-famille t’aveugle ! L’essentiel est qu’aujourd’hui tu peux retrouver ton mari et ton enfant, insiste le vieil homme. Si on t’en parle, c’est pour votre bien ! Selma baisse la tête et respire profondément. Elle essuie ses larmes. Cette discussion ravivait trop de blessures. Elle a mal au cœur.
-Ne regrettes-tu pas ton fils ?
-Toutes les minutes… Il ne passe pas un instant sans que les regrets me torturent !
Ammi Ali toussote et regarde sa fille, lui intimant de ne pas insister.
-Écoute, si tu ne te sens pas la force de venir, laisse tomber !
Aziza s’approche de son amie et passe le bras par-dessus ses épaules pour la réconforter.
-Elle viendra ce soir ! Elle n’est pas forcée de parler à Lyès !
D’ailleurs, il ne risque pas de te manger ! Il m’a paru inoffensif !
Selma a un petit sourire.
-Nous viendrons quand tu veux, promet-elle au vieil homme. On t’aidera du mieux qu’on peut ! On te rejoint dans un petit moment !
Il les remercie et ne tarde pas à partir. Comme promis, elles le rejoignent une heure après, au chalet où il résidait avec sa seconde femme Yamina. C’est là qu’aura lieu le dîner. Aziza et Selma aident comme elles le peuvent dans la préparation de la salle à manger. Yamina avait loué les services de deux cuisiniers. Ammi Ali apprécie le fait qu’elles soient  belles, même si dans le regard de Selma il y avait une lueur résignée.
-Tu verras, tout se passera bien ! lui dit-il avant d’aller au salon et de s’asseoir près de la cheminée.
Mourad et ses amis ne tardent pas à arriver. Deux d’entre eux ne sont pas venus, mais Lyès est là. Aziza sourit en le voyant. Elle les accueille chaleureusement et leur propose du thé. Lyès rougit en apercevant Selma. Il n’est pas indifférent à sa présence. Aziza le voit faire un geste vers elle puis se raviser. Elle comprend que Selma avait précipité les choses en quittant son foyer. Peut-être que la situation n’était pas si désespérée qu’elle ne paraissait. Aziza pense profiter de sa présence à Tikjda pour les rapprocher. Tout n’est pas perdu. Ils doivent donner la chance à leur fils d’avoir une vraie famille. Mais quel sujet aborder sans risquer de les écorcher l’un ou l’autre ? Elle entend son père qui parlait de la vie politique et économique du pays, comme pour éviter de parler de leur vie privée. Aucune question sur leur jeunesse, sur leur région, car ils viennent de différentes régions. La fac a été leur point de rencontre et les années d’études avaient tissé de forts liens entre eux. Aziza voit bien que son père est soucieux. Il a remarqué que Selma se tenait en retrait. Mais il respecte son choix. Il ne bousculera pas les choses entre eux. Aziza a bien envie de le faire à sa place…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER