Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

12e partie

Résumé : Ibtissem accepte de retourner chez sa belle-mère tout en posant ses conditions. Fethi dit oui à tout. Sa mère tente de la convaincre de rester encore quelques jours mais la jeune femme a décidé qu’il était temps. Elle se sent prête à empoisonner la vie de sa belle-mère…

Houria n’est pas enchantée de voir sa belle-fille partir au restaurant pour fêter son retour à la maison.
-Vous n’avez qu’à rester, je vous ferai un couscous, propose-t-elle le visage pâle de colère. Ce n’est pas nécessaire d’aller dehors pour dîner !
-On tient à être un peu seuls, répond Ibtissem. Ta présence ne ferait que mettre de l’ombre sur notre bonheur !
-Et moi qui me réjouissais de ton retour, s’exclame Houria. Je constate que ces trois semaines chez tes parents n’ont pas arrangé ton caractère… Quand grandiras-tu et seras-tu une vraie femme ?
-Inutile de t’inquiéter, je le serai un jour ! Actuellement Fethi m’aime beaucoup ainsi… Pourquoi changerai-je alors qu’il me demande d’être moi-même ? rétorque Ibtissem en arrangeant quelques mèches devant la glace du vestibule d’entrée. Fethi !?
-J’arrive !
Ibtissem est heureuse en le voyant sortir de leur chambre. Il s’était changé pour l’occasion.
-Bonne soirée maman ! lance-t-elle à sa belle-mère avant de partir avec son mari, bras dessus, bras dessous.
Ils se rendent à Sidi Fredj où les attendent Fella et Ouahab. Ces derniers envisagent de se marier. Ibtissem sait que Ouahab n’a pas de logement. La vie que mènera Fella serait aussi insupportable que la sienne.
-Je vais me trouver un travail à mi-temps, ainsi une fois mariés, on pourra louer un studio ! Et toi, pourquoi ne te chercherais-tu pas un petit boulot tout en préparant ta licence ?
-L’idée m’a déjà effleurée mais j’ignore si je pourrais faire le deux en même temps. Je crois que je vais attendre la fin de mes études pour chercher ! C’est ma dernière année, il faut que je me donne à fond, tu comprends ? Surtout que je vais devoir supporter cette vieille grincheuse !
-Fethi prend ton parti quand ça ne vas pas ? demande Fella.
-Pas vraiment, mais je sais qu’il lui est difficile de renoncer à sa mère, et même de croire qu’elle puisse être mauvaise, soupire Ibtissem. La guerre va continuer…
Si elle n’en meurt pas, elle va durer des années !
Elles s’excusent auprès de leurs hommes pour se rendre aux toilettes. Là, Ibtissem sort une cigarette de son sac. Il y a longtemps qu’elle n’a pas fumé la nuit. Elle tire quelques bouffées avec plaisir. Fella le remarque.
-Tu as arrêté la cigarette ?  
-Non, mais je n’ai pas d’endroit où fumer tranquillement, lui confie Ibtissem. Fethi n’y touche pas ! Parfois, j’en grille une quand elle est absente mais c’est rare ! Elle est comme maman, elle a un très bon flair !
-Tu ne fumes pas dans ta chambre ?
-Non, dans la salle de bains… J’en meurs d’envie quand je révise… J’aimerais bien arrêter mais c’est plus fort que moi !
-Si ta belle-mère te surprend, tout le quartier sera mis au courant ! Fais très attention ! Dépêche-toi, cela fait un moment qu’on est là … Ils vont se demander ce qu’on fait, ce qui peut nous retenir !
Après le restaurant, ils vont danser pendant deux heures. Ibtissem et Fethi rentrent avant leurs amis. Fethi travaille à huit heures et il est un peu plus de minuit. Comme elle s’y attendait, sa belle-mère n’est pas encore couchée quand ils rentrent.
-Vous avez fini de faire la fête ?
Ibtissem passe devant elle sans répondre et va à sa chambre. Fethi reste avec sa mère et tente de lui faire comprendre que si elle ne fait pas un effort, leur vie sera un enfer pour eux trois.
-Je ne te demande pas de l’aimer mais de l’accepter… Elle est ma femme et je n’en prendrais pas d’autre même si tu la hais !
-Ce que tu peux être aveugle ! Elle te mène par le bout du nez… Aussi, si tu n’étais pas aussi bête, tu comprendrais qu’elle se moque de toi et joue avec mes nerfs ! Et c’est quoi l’odeur qu’elle traîne derrière elle… ?


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER