Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Seconde chance

12e partie

Résumé : ​Omar découvre que Sonia est la mère du petit garçon qu’il avait suivi la veille. Il réussit à approcher celle-ci et fait quelques pas en sa compagnie, tout en discutant. L’espoir lui revient.

-Tu ne sembles plus apprécier
Sonia ? Pourquoi ? Tu n’es pas contente pour moi ! Je suis ton unique fils et tu devrais partager ma joie de la retrouver !
Sa mère Aldjia garde le silence pendant un moment, feignant de s’affairer autour du fourneau, lui servant son déjeuner. Omar s’approche d’elle et lui enlève la louche avant de couvrir la marmite. Il ne touchera à rien tant qu’il n’aura pas eu de réponse.
- Yemma, je tiens à savoir pourquoi, insiste-t-il. Tu ne peux pas me cacher tes sentiments, et pourquoi tu la détestes maintenant ! J’ai le droit de savoir.
Il regarde sa mère s’asseoir à la table et se tordre les mains tant le sujet l’énervait.
- Elle. Elle disait des méchancetés sur toi. Je lui en ai voulu à mort d’avoir été la cause de ta perte. Jamais je n’aurais imaginé que je puisse un jour la haïr. Toute petite déjà, je la voulais pour toi !
Parce que vous vous aimiez, parce que tu tenais à elle ! Wellah, je l’ai aimée comme la fille que je n’ai pas eue ! Mais aujourd’hui, je la déteste ! Et rien, ni le temps n’a changé ce sentiment ! Je n’y peux rien ! C’est plus fort que moi !
- Tu oublies qu’elle n’est pas la cause de ma perte, la défend Omar. J’étais responsable de tout ce qui était arrivé ! Si je ne l’avais pas trompée, on aurait été encore ensemble ! On se serait mariés, lui dit Omar. On aurait eu des enfants !
On aurait été heureux, si je n’avais pas tout gâché !
- Mais elle aurait pu se montrer moins fière ! crie sa mère. Elle aurait pu te pardonner ! Qui ne commet pas d’erreur dans sa vie ? Wlidi, à cause de cette fille, on ne t’a pas revu durant dix ans ! Tu n’as même pas assisté à la mort de ton père !
Et tu veux que j’aime cette fille ?
Jamais !
- Tu devrais faire un effort pour me garder auprès de toi ! l’avertit Omar. Je suis prêt à tout pour elle !
- Elle n’est pas digne de toi, de ton amour, insiste la pauvre mère. Si tu le veux bien, je peux te chercher une femme capable de te rendre heureux et qui ne te décevra jamais !
Omar refuse catégoriquement. Pendant plus d’une heure, il lui explique une nouvelle fois qu’aucune femme ne peut prendre la place de Sonia. Il lui raconte ses tentatives de la remplacer par d’autres, et combien il était mal dans sa peau. Ce n’est pas maintenant qu’il l’avait retrouvée qu’il allait renoncer à elle. Il allait se battre pour avoir une nouvelle chance pour tout recommencer avec elle.
Il suffirait qu’elle dise oui, pour que ses rêves se réalisent. Que lui faudra-t-il sacrifier pour l’avoir ?
- Tu as déjà vu le fils de Sonia ? lui demande-t-il.
- Non, et j’ai toutes les raisons de le haïr, à cause de sa mère, lui répond-elle. Toi, tu l’as déjà vu ?
- Oui.
- Et qu’en penses-tu ?
- Il est adorable, et j’ignore pourquoi je l’aime beaucoup. Comme s’il était mon propre fils. Peut-être parce qu’il est d’elle ?
- Aussi parce qu’il te ressemble. Il est ton portrait, disent certains. Ils sont nombreux à penser que tu es son père, mais ce n’est pas vrai, n’est-ce pas ?
- Non. Non...
Mais plus Omar se posait la question, plus il doutait. Et s’il était bien son fils ?
Honteux, il se rappelle une nuit où il avait abusé d’elle. Elle lui aurait sûrement donné l’occasion de se racheter, si elle n’avait pas surpris Chahinez sortant de sa chambre.
Les doutes accaparent son esprit, et son cœur se met à espérer. Et si Sonia en avait fait un secret ? Un flot de bonheur l’envahit en songeant que ce petit garçon puisse être son fils. Omar perd patience et décide d’aller voir Sonia. Une fois dehors, il sera retardé par un imprévu. Quelqu’un l’attendait dehors.


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER