Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Seconde chance

15e partie

Résumé : ​​​Sonia ne lui donne pas l’occasion d’entrer chez elle, se montrant ferme sur un point, il ne devait pas se croire tout permis. Elle ne veut plus le revoir. Mais Omar ne l’entend pas de cette oreille.

- Tu m’as bien comprise Wahid ? Refuse de parler à cet homme s’il vient encore te voir !
Ne tarde pas dans la rue quand tu rentreras d’école avant moi !
- Mais pourquoi ? Il est un ami à papa, lui rappelle l’enfant. Il peut être mon ami !
- Non, pas pour l’instant. Je dois régler un problème avec lui avant, répond-elle, songeant qu’il lui sera difficile de les séparer s’il s’attachait à lui. Promets-moi de ne pas lui parler ? De ne pas rester avec lui dans la rue ?
Wahid promet à contrecœur. Il voudrait bien revoir Omar. Il le trouve sympathique même si sa mère croit le contraire.
Lorsqu’il repart à l’école, il regarde bien autour de lui, et il est déçu que Omar, l’ami de son père, n’ait pas pensé à le rejoindre.
Wahid ne peut pas s’imaginer que Omar est retourné voir Sonia. Il l’empêche de refermer lorsqu’elle veut le faire en le découvrant sur le seuil de la porte.
- Mais de quel droit t’imposes-tu chez moi ? s’écrie-t-elle, ne le laissant pas entrer pour en finir très vite avec lui. Je t’ai dit de sortir de notre vie !
- Je l’aurais fait volontiers mais ce n’est plus possible, répond-il. Mon cœur est avec vous ! Même si tu ne voudras pas le croire ! Depuis l’instant où je l’ai croisé, quelque chose m’a attiré
en lui ! Wellah je ne me comprenais pas ! C’est plus fort que moi !
- En effet, je veux bien croire que tu agis sur le coup ! Tu oublies que tu m’as forcée, et qu’après je n’existais plus ! Tu oublies que je t’ai surpris ! Je ne pourrais plus jamais te croire ou te faire confiance !
- Je sais que ce que j’ai fait est impardonnable ! Mais je te jure que je t’aimais, que je t’aime toujours, se défend Omar. Je te jure ne pas avoir été maître de la situation.
Elle s’était entichée de moi ! Je ne pouvais rien faire. J’avais peur de perdre mon boulot !
- Cesse de jurer ! Tu me dégoûtes ! Tu couchais avec une vieille juste après m’avoir violée. Que n’aurais-tu pas fait pour assouvir tes instincts bestiaux ? Plus je te regarde, plus tu me donnes envie de vomir, lui dit-elle. Jamais je n’ai oublié cette humiliation !
- Celle de te marier avec un vieux n’en était pas une autre ? rétorque Omar. Ce n’était pas pour de l’argent ?
- Non. Je l’aimais et il en était digne, lui répond-elle. C’était un homme bien et à principes. Ce qui n’est pas ton cas.
Tu m’en as donné la preuve il y a dix ans !
- C’est l’âge de ton fils ! dit Omar. Tu es vraiment sûre que Wahid est son fils et non le mien ?
- Non Omar ! affirme-t-elle fermement. Ne te fais pas des scénarios ! Tu n’es pas son père ! Je veux que tu sortes de notre vie définitivement ! Tu n’as rien à gagner en venant nous importuner ! Tu appartiens au passé. Pour moi, tu es mort il y a longtemps !
- Sonia, je te jure...
Mais Omar ne poursuit pas. La jeune femme est devenue livide. Il décide de ne pas insister. Il ne voudrait pas qu’elle se porte mal par sa faute. Il rebrousse chemin et part sans lui dire au revoir, ne voulant pas lui donner l’occasion de s’emporter de plus belle.
L’âme en peine, il se dirige vers l’école primaire et s’assoit sur le banc d’en face. Il ne veut pas rater la sortie de Wahid, même si elle n’est prévue que dans trois heures.
Pour s’occuper, il fouille dans ses poches, passe en revue leur contenu avant de se rappeler que Boualem lui avait remis une lettre de recommandation. Il l’ouvre pour connaître son contenu. Son cœur manque un battement en reconnaissant l’écriture de Chahinez.
Que peut-elle bien lui vouloir maintenant qu’il les avait quittés ? Pourquoi l’avoir envoyée à son mari ?


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER