Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

24e partie

Résumé : La discussion tourne autour de Selma et Lyès. “Ami” Ali leur donne sa bénédiction. Depuis toujours, il aide les jeunes filles et femmes en difficulté. Il est heureux à l’idée que Selma retourne auprès de sa famille. Lyès lui est éternellement reconnaissant. Un peu plus tard, Mourad apporte un message. Lyès est contraint de prendre congé rapidement…


- Tu as raté l’appel ! Apparemment, il se passe quelque chose chez ta famille, dit Mourad dès qu’il entre dans le chalet. Tu devrais rappeler !
- Ma famille ne sait pas que je suis ici, réplique-t-il. Comment ont-ils pu me joindre ?
- Je l’ignore mais la vieille a appelé. C’est que ce devait être urgent ! remarque son ami en lui désignant le téléphone. Peut-être que l’appel ne peut pas attendre demain !
Lyès se gratte la tête mais il n’a pas le temps de s’interroger, le téléphone sonne. Il décroche rapidement.
- Allô ?
- Wlidi, j’ai reçu un appel d’un de tes cousins ! Un certain Karim, dit Halima, la veuve qui élevait son fils depuis des années. Je n’ai pas voulu lui dire où tu étais ! Tes instructions…
- Oui, t’inquiète… Comment va Samir ?
- Bien, ne t’inquiète pas pour lui ! Là, il dort profondément.
Lyès la remercie et lui souhaite bonne nuit. Il raccroche puis décide d’appeler son cousin malgré l’heure tardive. Karim décroche dès la première sonnerie comme s’il attendait son coup de fil. Il a une voix grave. Instinctivement, Lyès devine qu’il s’est passé quelque chose de grave.
- Il faut que tu rappliques à la maison…
En fait, Lyès s’était brouillé avec sa famille mais avait gardé contact avec son cousin germain,  avec qui il entretenait une bonne relation. Quand sa famille lui manquait, car ça lui arrivait parfois, c’était lui qui l’informait des dernières nouvelles. Comme maintenant…
- Tes parents ont eu un accident, lui apprend-il. Je suis désolé Lyès ! Où es-tu ?
- À Tikjda ! Je suis à des centaines de kilomètres ! Est-ce grave ?
- Écoute, je sais que le taxi a basculé dans un ravin, pourquoi, comment je l’ignore ! Seulement, dit Karim, tes parents sont dans un sale état ! J’ai laissé ton frère aux urgences… Tes sœurs sont effondrées ! Elles ont besoin de soutien !
- Oh non !  Dire que je viens de retrouver Selma ! s’écrie Lyès. Je n’ai pas de chance ! On devait rentrer demain !
- Selma ? Ta Selma ? Ta femme ?
- Oui…
- Eh bien, mon frère, Je suis content pour toi, dit Karim qui connaissait les sentiments qu’il lui portait. Comment est-ce arrivé ? Tu avais rendez-vous avec elle ? Comment va-t-elle ?
- Bien, bien… Mais… ça va tout bouleverser entre nous, lâche-t-il avec regret. Oh non, je ne peux pas lui parler d’eux, aller à eux alors qu’elle sait que je n’ai pas remis les pieds là-bas depuis son départ ! Elle ne va pas me croire !
- Tu n’as pas le choix ! Ce sont tes parents malgré tout ce qui s’était passé entre eux ! C’est vache ce qu’ils lui ont fait, reconnaît le cousin. Mais imagine que leur état se dégrade ! Tu ne peux pas les abandonner maintenant, ça prouverait que tu es ingrat, et je sais que tu as un bon fond ! Ils ont été privés de ta présence pendant ces dernières années, lui rappelle Karim. Imagine qu’ils meurent ! Tu regretteras de ne pas avoir été les voir !
- Je sais ! Je sais… Quand je pense à Selma… Appelle-moi si tu as du nouveau !
Il raccroche en poussant un cri, surprenant Mourad et Zino. Ils n’avaient pas perdu un mot, de l’échange et compatissaient  à son cruel dilemme. Il se laisse choir sur le lit.
- Je suis perdu… si je pars sans le lui dire, elle ne va plus me faire confiance, et si je lui dis où je vais, elle remettra en question nos retrouvailles ! Elle va croire que toutes mes promesses sont du bluff !
- Tu ne peux pas partir sans la prévenir. Tu dois lui parler, lui conseille Mourad. Je sais que ce ne sera pas facile de la rassurer mais il le faut !
- Demain matin, à la première heure, décide Lyès. J’irais lui parler. Quelle nuit ! C’est horrible ce qui m’attend ! J’ai un mauvais pressentiment…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER