Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

27e partie

Résumé : Ibtissem ne cesse de s’angoisser. En fait, elle ne vit plus depuis son arrivée à Oran. Au bureau, sa secrétaire remarque sa mauvaise humeur et sa mine mitigée. En fin de journée, elle lui dit qu’elle est enceinte et de confirmer le lendemain en effectuant un test. Ibtissem en achète deux pour lui prouver qu’elle se trompe. Elle passe une mauvaise nuit. Elle se trouve mal en se découvrant enceinte. Fella l’appelle et la prie de rentrer sur-le-champ. Sa belle-mère a fait un accident.

Ibtissem appelle au bureau et les prévient qu’elle ne viendra pas.
- Annulez tous les rendez-vous, dit Ibtissem. Je m’absente pendant quelques jours !
- Bien madame ! Est-ce tout ?
- Oui, du moins pour l’instant !
Avant de prendre ses affaires, elle rappelle chez ses parents. C’est son père qui lui répond. Elle prend des nouvelles de leur santé puis le questionne.
- Est-ce que tu as des nouvelles de Fethi ?
Mais il ne répond que vaguement.
- Pourquoi n’appelles-tu pas chez toi ?
- Je suis en froid avec eux… Je sais que j’en suis responsable, avoue Ibtissem. C’est pourquoi je préfère apprendre le tout par vous… Mais où est maman ?
Hacène semble hésiter. Elle ne le croit pas quand il lui répond.
- Elle est sortie faire des achats !
- À quelle heure la trouverais-je ? J’ai besoin de lui parler papa, insiste Ibtissem. Dis-lui que je l’ai appelée ! Je le referai dans une heure ! Papa, mais pourquoi ai-je l’impression que tu me caches des choses ?
- Non !
- Est-ce que l’état de ma belle-mère est grave ?
- Je l’ignore…
Pourtant quand elle raccroche, elle ne le croit toujours pas. Elle en veut à son mari. Malgré la crise qu’ils traversaient, il aurait pu la mettre au courant. Houria est tout de même sa belle-mère. Peut-être qu’il est dépassé par les événements et que ses belles-sœurs l’ont convaincu de ne pas l’appeler. Après tout, elles étaient comme chien et chat depuis si longtemps.
Ibtissem se demande quand cela était arrivé, pourquoi son père faisait tant de mystère. Elle prend son sac et part à l’aéroport d’où elle rappelle un peu plus tard chez ses parents. Sa mère n’est pas encore rentrée. Au troisième appel, elle est chez la voisine. Elle comprend que son père ne lui dira jamais où elle est. Et cela l’inquiète au plus haut point. Peut-être que sa mère est gravement malade et qu’il n’ose pas le lui dire.
Ibtissem achète un billet d’avion en partance pour Alger. L’heure de départ n’est pas pour tout de suite. Elle aurait voulu s’envoler tout de suite. Ses pensées tournent autour de sa belle-mère. Malgré tout, elle espère que ce n’est pas grave.
En réfléchissant, l’attitude de son père l’intrigue. Elle ne comprend pas pourquoi il fait tant de mystère, pourquoi personne ne l’a mise au courant.
Mais pourquoi sa mère n’est jamais là pour répondre. Et c’est pour avoir des réponses à toutes ces questions qu’elle a décidé de partir à Alger. Malgré tout…
L’attente à l’aéroport lui paraît interminable. Le voyage Oran-Alger aussi. Tout semble ne pas vouloir finir. Comme ses angoisses.
Il est près de dix-huit heures quand elle arrive chez ses parents. Ces derniers ne sont pas là. Elle frappe chez la voisine du palier. Celle-ci est surprise de la voir.
- Ibtissem ! Mais que fais-tu ici ?
- Je n’arrive pas à joindre mes parents… Tu ne sais pas où est maman ? D’habitude, à cette heure-ci, elle prépare le dîner, remarque la jeune femme, fatiguée au point d’avoir le vertige, rongée par l’inquiétude.
- Je croyais… Tu n’es pas au courant ? Je suis désolée ma fille que ce soit à moi de le faire… Mais pourquoi ne t’ont-ils pas mise au courant ?
- À propos de quoi ?, s’écrie Ibtissem. Pourquoi es-tu désolée ? Qu’est-il arrivé après mon départ ?
- La voisine la prend par le bras et la prie d’entrer. Elle ne peut pas lui apprendre la nouvelle sur le palier…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER