Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

30e partie

Résumé : La voisine lui conseille d’être forte et patiente. La colère de son père finira par tomber. Ibtissem se rend chez sa belle-mère. Elle entre sans être invitée. Elle pleure la mort de Fethi, mais cela ne touche pas Houria. Elle lui rappelle son infidélité et lui demande de se tenir loin de sa famille. Ibtissem découvre qu’elles se sont débarrassées de ses affaires. Elles se reverront, qu’elle le veuille ou non…


Ibtissem se renseigne auprès du concierge qui lui confiera dans quel cimetière était enterré Fethi. Il lui conseillera d’attendre le lendemain pour s’y rendre mais elle ne l’écoute pas. Elle ne peut pas patienter jusqu’au lendemain. Elle se rend sur la tombe de son mari et sur celle de sa mère. Elle pleure longtemps. Elle les regrette. Elle avait accepté un poste de travail loin d’Alger pour fuir les problèmes. Elle ne serait jamais partie si elle avait su qu’il arriverait malheur à Fethi. En prenant la route pour la rejoindre, il a trouvé la mort. Sa mère, même sous terre, doit lui en vouloir.
- Pardonnez-moi ! Je ne voulais pas. Si seulement je pouvais revenir en arrière. Wellah yemma que j’aurais tout fait comme tu le voulais… Qu’est-ce que je vais devenir sans vous ? C’est injuste… J’aurais dû mourir à votre place ! Reposez en paix. Pardonnez-moi, pardon…
La nuit tombe, et le silence du cimetière lui rappelle qu’elle est seule. Elle quitte le cimetière. Elle a la chance de tomber sur un taxi qui la dépose dans son quartier. Il y a un hôtel où elle réserve une chambre. Elle ne dîne pas. Elle pleure longtemps et finit par s’endormir.
Le matin, elle se réveille avec une migraine. Elle va dans la salle de bains, et quand elle croise son reflet dans la glace, elle se trouve effrayante. Elle a les yeux enflés et rouges.
- On dirait une droguée ou une folle, se dit-elle.
Elle prend une douche et se rend présentable avant de se décider à sortir. Il y a une pharmacie en face, où elle achète du paracétamol. Elle entre ensuite dans un taxiphone et appelle Ouahab. Elle sait que son amie Fella se trouve avec lui.
- T’es arrivée quand ?
- Hier… On se voit si tu veux…
- Bien sûr ! T’es chez toi ou chez tes parents ?
- Ni l’un ni l’autre. Il y a un hôtel “X”, tu me demandes. Normalement, ils te laisseront monter. Je t’attends dans la chambre ! Je ne me sens pas envie de sortir. La vie ne me dit plus rien…
Elle raccroche. Les sentiments qu’elle éprouve, sont la colère et la douleur. Elle souffre d’avoir perdu sa mère et Fethi. Son père n’a pas accusé le coup comme elle l’espérait. Toute sa vie, il a toléré ses dépassements, mais elle sent que cette fois, il ne lui pardonnera jamais.
Tout cela à cause de sa belle-mère. Elle était tombée dans son piège. Fella, qui la rejoint quelques minutes plus tard, l’accable de reproches.
- Tu es responsable de l’échec de ton mariage et des malheurs qui sont arrivés ! Ta belle-mère ne t’a pas forcée ! Bon, c’est vrai qu’elle est mauvaise et aurait tout fait pour te discréditer, mais tout ce qui est arrivé, vos rendez-vous et j’en passe, c’est toi qui l’avais décidé ! Personne ne t’avait mis un pistolet sur la tempe et ne t’avait forcé à le faire ! Je sais que mes reproches t’énervent mais je te parle franchement, car tu es mon amie ! Je regrette que tu sois dans cet état et dans cette situation… Je ferais n’importe quoi pour toi, et tu le sais, n’est-ce pas ?
- Je sais, mais personne ne peut rien pour moi, murmure la jeune femme. Je suis perdue… Et depuis que je me sais enceinte, j’ai…
- Comment ? s’écrie Fella. Tu es enceinte ! Mais de... ?
- Lorsque je me pose la question, j’ai envie de mourir ! Parfois je me laisse convaincre qu’il est de mon mari, mais j’en doute.
- À sa naissance, il faudra que tu fasses un test pour que tu n’aies aucun doute sur qui est son père, dit l’amie avant de poser la main sur son bras. Ne t’inquiète pas. La situation ne peut pas être pire que maintenant…
- Tu penses ? J’espérais que mes erreurs soient sans conséquence. Je regrette Fethi, je l’aimais tant. Comme il me manque ! Que vais-je devenir sans lui ? Et notre enfant ? Je me plais à croire à tout prix qu’il est de lui ! Comment vivra-t-il sans père ? Qu’est-ce que je vais lui dire ?
- À chaque jour sa peine ! Ne pense pas à l’avenir ! Prends soin de toi et du petit ange qui est en toi, lui conseille Fella. Est-ce que tu comptes revenir ici ou rester à Oran ?
Mais Ibtissem n’en a aucune idée. Elle ne parvient plus à réfléchir. Elle ne se projette plus dans l’avenir, même si elle sait qu’une vie grandit en elle…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER