Autres / Récit de Adila Katia

Maria

30e partie

Résumé : Zino prend quelques jours de congé. Au salon où Fifi a l’habitude de traîner, il confie une mission à un serveur. Il doit l’appeler s’il voit Zakia-Maria et tout faire pour les retenir. Mais Fifi ne sort pas avec elle. D’ailleurs, Maria-Zakia refusait d’aller aux rendez-vous. Elle pensait à Zino…

-Ce client va payer cher ! Plusieurs millions ! Tu vas me rembourser d’un coup et après tu consacreras tes économies pour en faire ce que tu veux ! Maria-Zakia refuse de s’y rendre. Fifi s’emporte.
-Cette année, tu vas travailler pour moi ! Après, je sortirai de ta vie !
-Non, tu ne peux pas m’obliger ! Je ne veux plus ! À part Zino, personne ne me touchera !
-Soit tu m’écoutes, soit j’appelle ton père ! Tes papiers sont chez moi ! J’appelle même la police…
Maria panique. Si la police est mêlée, ils vont découvrir le fin mot de l’histoire. Ce n’est pas sa vraie identité. Elle allait avoir des problèmes avec la justice et risque de se retrouver en prison. Ou d’être renvoyée au village. Elle n’a aucune envie de retourner vivre chez son beau-père. Comme son ancienne vie lui paraît loin. Pourtant, cela fait juste quelques mois qu’elle est ici à Alger.
-Écoute, je ne veux pas appeler la police, la rassure Fifi. Je ne veux pas non plus qu’on te donne une raclée ! Je ne veux pas qu’on abîme ton joli visage ou qu’on te brise des côtes, pour que tu sois moins têtue et que tu apprennes à obéir !
-Pitié, laisse-moi retourner à mon ancienne vie !, la prie Maria. Avant, je pouvais me regarder dans la glace sans me faire horreur…
-Pourtant, ça s’est bien passé avec Zino ! Tu sais qu’il voulait te revoir !
-Lui… C’est différent ! Je ne veux pas aller avec les autres !
-Lui, lui, reprend Fifi, tu le retrouveras une fois que tu auras fini de me rembourser ! Grâce à ta beauté, tu vas avoir beaucoup de succès et tu pourras dire adieu à la misère ! Sauf si tu veux que j’appelle la police… La menace suffit à la calmer. Elle n’a pas le choix.
-Prépare-toi à ton rendez-vous ! Et gare à toi si le client n’est pas satisfait ! Maria-Zakia est contrainte à se préparer et à se rendre au rendez-vous. Elle est dégoûtée, vomit à chaque fois qu’elle rentre chez elle. Sur son chemin, les hommes de main de Fifi ne la lâchaient pas. Elle pense à s’enfuir mais elle sait qu’ils la rattraperont et lui en feront voir de toutes les couleurs. Un soir, Fifi lui avait montré les photos de filles amochées. Leur état donnait à réfléchir. Maria dormait mal, ne parvenant pas à trouver le repos. Même dans son sommeil, elle est pourchassée par des inconnus dont les yeux brillent d’excitation et dont les mains la fouillaient. Elle vit très mal sa situation. En plus de ne pas trouver le repos, mal dans sa peau, elle ne mange presque pas. Au point de maigrir. Cela saute aux yeux au bout de quelques jours. Lorsque Fifi s’en aperçoit, elle s’emporte et se met à crier.
-Tu le fais exprès ma parole ! Qui voudra coucher avec un cadavre ?
-Je n’y peux rien ! Je vomis quand je m’efforce à manger !, répond Maria. J’ai envie de vomir quand je vois de la nourriture, quand je vois des hommes se retourner à mon passage !
C’est plus fort que moi… Je ne le fais pas exprès !
-Les clients que je te choisis me semblent bien ! Dis-moi, ça se passe bien ? Est-ce que l’un d’eux t’a fait du mal ?
-Ils en prennent pour leur argent ! J’ai le cœur noir, le corps sale que toute l’eau du monde ne pourra pas enlever !
-Tu finiras par t’y habituer ! Ça te passera, dit Fifi. Écoute, je vois que tu as besoin de repos ! Je te propose de t’envoyer quelque part pour te reposer ! Ce seront tes premières vacances ! Cela te fera du bien… Tu nous reviendras en forme pour le plaisir de tous !
-Dis, as-tu des nouvelles de Zino ?
Fifi est surprise par la question, mais s’y attendait.
-Il vaudrait mieux que tu l’oublies celui-là !, lui conseille-t-elle.
-Pourquoi ? Il est différent de tous les clients, dit Maria-Zakia, très émue. Je sens que c’est quelqu’un de bien !
- Oui…
Fifi semble hésiter. Maria sent qu’elle veut lui dire quelque chose, mais elle hésite.
-Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi ai-je le sentiment que tu sais des choses et que tu hésites à me les dire ? Fifi hausse les épaules.
-C’est à propos de Zino…
-Quoi ? Lui est-il arrivé malheur ?
-Non, non…
Fifi rit doucement, l’interrompant sans le vouloir. Elle a un pincement au cœur en songeant que même si elle faisait quelque chose pour les réunir, leur union sera vouée à l’échec parce qu’ils ne sont pas du même milieu…


 (À suivre)
 A. K.