Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

31e partie

Résumé : Yasmina veut en savoir plus sur ce qu’elle compte faire. Elle lui reproche d’avoir abandonné son enfant. Elle a eu la chance que sa belle-famille ne s’en soit pas occupé. Selma craint qu’il ne rejette son amour. Elle meurt d’envie de le voir et va à la chambre où il dort. Il la surprend en la reconnaissant…

Tout se passe comme dans un rêve. L’enfant, son enfant, s’est levé pour venir à elle, passant ses bras autour de ses jambes. Elle manque de tomber à genoux. Elle caresse sa tête, et quand il lève les yeux vers elle, elle sent son cœur se serrer.
-Viens contre mon cœur !
Elle le prend dans ses bras et va s’asseoir sur le lit. Ce n’est plus un bébé, mais elle le berce. Elle pleure, et si elle n’avait pas craint de l’effrayer, elle aurait crié. Tant de sentiments l’étreignent en cet instant. Elle a mal. Elle n’a pas été là pour lui. Ils ont plusieurs années à rattraper. Tout cet amour qu’elle n’a pas pu lui donner lui fait mal.
Elle se rend compte qu’il l’a tout de suite reconnue.
-Maman… Maman !
-Oui mon cœur ?
-Tu es revenue pour de vrai ?
-Oui, pour toujours…
Et si elle devait repartir, elle le prendrait avec elle. Jamais plus elle ne ferait l’erreur de l’abandonner. Elle le serre contre son cœur, sent son parfum qui l’étourdit. De joie, de bonheur. Son fils est là, contre son cœur. Les larmes de regrets se mêlent à celles de son bonheur tout neuf.
-Pourquoi tu pleures ?
-Je suis heureuse de t’avoir retrouvé mon amour. Pardonne-moi…
-Je t’attendais. Papa me parlait tout le temps de toi. Il m’avait dit que dès que tu seras guérie, tu reviendras ! J’ai un album de photos de toi… Tu es belle !
-Toi aussi ! Je peux même dire que tu es le plus beau garçon au monde, ajoute-t-elle en riant doucement. Le plus beau…
“Mais moi, j’ai été une mauvaise mère. Je t’ai abandonné entre les mains de mes ‘ennemis’ ! J’aurais dû fuir, en t’emmenant avec moi !”
Même si Lyès l’a préservée en ne disant jamais du mal d’elle, elle se doute bien qu’il y aura des jours où son fils doutera d’elle et de son amour. Il est trop petit pour comprendre les raisons de son départ. Si tout se passe bien entre eux, elle l’espère de tout cœur, elle n’aura jamais à lui raconter ses mois de souffrance. L’un de ses bourreaux était enterré. Son beau-père, dans son état, ne pourra pas leur causer du tort. Ses belles-sœurs vont pleurer longtemps leur mère.
-Où est papa ?
-Il est chez ses parents, dit-elle. Tu sais, il leur est arrivé un malheur. Ils ont fait un grave accident, et ton papa a perdu sa maman. Elle est enterrée… Maintenant, il est parti à l’hôpital pour voir ton grand-père. Tu les connais ? Tu les as déjà rencontrés ? l’interroge-t-elle.
-Je les connais, je les ai déjà vus sur des photos, répond-il. Je ne les ai jamais rencontrés ! Je suis triste pour papa ! Quand est-ce qu’il va revenir ?
Selma hausse les épaules.
-J’ignore à quelle heure, répond-elle. Mais je suis là pour toi ! As-tu souffert du voyage ? ça m’a surpris de te trouver endormi maintenant !
-J’avais mal au cœur…
-Je crois qu’on a ça en commun. Mais dis-moi, tu dois avoir faim. Yasmina a préparé à manger, et en plus, y a de la galette !
Elle l’emmène à la cuisine. Elle remarque qu’il est docile. Yasmina lui fait un clin d’œil.
-Je vois que tout se passe bien Samir. Tu as retrouvé ta maman ! Tu es heureux ?
L’enfant hoche la tête, un petit sourire éclaire son visage.
-Oui. Maintenant, je vais connaître toute la famille de papa. Dis, demande-t-il à Selma. Quand est-ce que j’irai chez grand-père ?
Il la surprend par sa question. C’est le dernier endroit où elle veut aller avec lui, mais elle ne peut pas le lui dire…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER