Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Maria

34e partie et fin

Résumé : Zino s’accroche à elle. Il ne veut pas la perdre une nouvelle fois. C’est l’occasion pour lui de vider son cœur. Il lui raconte tout ce qu’il a fait pour la retrouver. Il n’a jamais perdu espoir. Tout comme elle. Tout aurait été possible entre eux si elle n’avait pas été une fille de joie…

-Écoute ! Fais-moi confiance ! Pour toi, je suis prêt à tout !
Maria-Zakia sourit mais son regard est triste. Elle le croit. Il est sincère, et cela est une torture pour elle d’avoir à renoncer à ce bonheur. Leur relation est vouée à l’échec. Elle espère qu’il comprendra que si elle refuse de le suivre, c’est pour s’éviter de souffrir. Elle a eu son lot de souffrances depuis qu’elle était enfant. La vie s’est moquée d’elle tant de fois.
Elle ne supportera pas d’avoir le cœur brisé une nouvelle fois.
Si Fifi lui avait permis de la retrouver, les choses auraient été différentes. Même si elle voulait se donner une chance, même si personne dans son entourage savait pour son passé, elle ne sera jamais à l’aise parmi eux. Il suffirait qu’elle croise un ancien client pour que tout s’effondre.
-On partira vivre où tu voudras… Si tu veux, je m’installerai ici, propose Zino. Ton bonheur compte plus que tu ne peux l’imaginer !
-Je veux bien te croire, répond-elle. Mais je dois réfléchir ! Mon passé me colle aux souliers, dit-elle. Que se passera-t-il lorsque ta famille découvrira ce que je faisais avant ? Tu sais que je n’en suis pas fière ! Tu le sais et je l’accepte !
Mais si ta famille l’apprend, tu crois qu’ils vont te laisser avec moi ?
Ils feront pression sur toi jusqu’à ce que tu me quittes ! Je ne me fais pas d’illusions ! Ils auront le dernier mot !
-Je ne suis pas un enfant ! Je leur tiendrai tête ! Ils devront accepter mes choix ! Tu ne te marieras pas avec eux, mais avec moi, lui rappelle-t-il. Tu n’as pas voulu faire ce métier ! La preuve, tu t’es retirée dès que tu as pu ! Je t’aime
encore plus !
-Oui, je sais, mais si un jour on tombe sur un client qui osera te le jeter à la figure ou même répandre la nouvelle, qu’est-ce que tu feras ?
-Je lui casserai la gueule ! Zakia, on ne retournera pas à Alger… On ira où tu voudras ! Je te jure d’être un bon mari, un bon père aussi, ajoute-t-il en souriant. Car je veux qu’on ait des enfants !
On sera heureux ! Il suffit juste que tu dises oui !
-Donne-moi le temps de réfléchir !, le prie-t-elle. J’ai besoin de temps !
-Zakia, je t’aime. Je t’aime, insiste-t-il. Ne l’oublie jamais !
Maria-Zakia hoche la tête. Elle le laisse l’embrasser sur la joue. Elle le regarde scrutant son visage dans sa mémoire. Toutes les belles paroles l’ont bouleversée mais elle reste réaliste. Ils ne peuvent pas se marier. Elle fait le tour du quartier, empruntant de petites ruelles pour rentrer chez elle. Elle s’assure qu’il ne l’a pas suivie. Une fois chez elle, elle va à la fenêtre et, sans toucher au rideau, elle regarde dehors. Elle respire mieux. Il ne l'a pas suivie. Maria donne libre cours à ses larmes.
Ça aurait dû être le plus beau jour de sa vie. Le cœur déchiré, elle doit enterrer ses espoirs. Elle ne peut pas prendre le risque de se gâcher la vie. La famille et la société sont impitoyables.
Ce n'est pas parce qu'elle a changé de vie qu'ils comprendront et la respecteront. “Non, rien n'est possible entre nous ! S'il veut faire partie de ma vie, il devra se contenter de mon amitié !” Zino lui laisse le temps de réfléchir et de croire en lui, mais Maria a pris sa décision.
Elle tenait à préserver le calme de sa vie. Par peur de la perdre en lui mettant la pression, il accepte d'être son ami. Il retourne à Alger et garde contact. Maria rompt avec Hakim sans lui donner d'explications.
Elle a rouvert son atelier et tente d'aider les enfants issus de familles défavorisées.
Elle s'occupe pour ne pas sentir le vide de sa vie. Parfois elle pense à ses frères qui sont grands maintenant. Elle voudrait les revoir et reprendre contact avec eux. Ils lui manquent beaucoup. Aura-t-elle le courage de retourner au village et de chercher après eux ?


Fin
Adila Katia

 

Je vous donne rendez-vous, dans quelques mois, pour la lecture de ce dernier chapitre. Je vous remercie pour votre fidélité. Au plaisir de vous retrouver chers lecteurs.
Saha Aïdkoum !

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER