Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

46e partie

Résumé : Nadia se met en colère. Elle le réveille brusquement en lui jetant de l’eau à la figure. Madjid émerge de son sommeil et doit faire face aux questions de sa femme. Il lui raconte toute la vérité. Car il est décidé à rester avec sa famille…

- Elle ne va pas apprécier mais je m’en fous ! Tout ce qui compte, c’est vous !
- Ce ne sont que des mots, réplique Nadia. Tu as osé nous tromper, nous mentir ! Comment pourrais-je te croire ?
- Je suis ici. Si j’étais encore tenté par… par elle, je ne serais pas ici, à te convaincre de mes regrets ! Je voudrais que tu me pardonnes. Je sais que je te demande beaucoup ! Je ne veux pas vous perdre !
Il la regarde secouer la tête. Elle pleure de déception et elle a un goût amer dans la gorge.
- Les enfants ont déjà perdu leur mère, et alors que je croyais qu’on formait une vraie famille, je découvre que monsieur a eu une aventure avec une femme mariée ! Mais à quoi pensais-tu quand tu étais avec elle ? Quand tu rentrais à la maison, tu jouais la comédie ? C’est ça ?
- Au début, je croyais vraiment qu’elle était faite pour moi, mais maintenant je regrette que nos chemins se soient croisés ! Si seulement je pouvais revenir en arrière !
- Mais vous vous êtes revus, dit-elle. Ce matin, elle est passée à la pharmacie ! Ce n’est pas fini entre vous !
- Elle ne veut pas le comprendre. Elle menaçait de tout vous dire, et hier j’avais décidé de vous en parler ! Si tu me pardonnes, je voudrais oublier. Je veux me consacrer à vous !
- Je ne sais pas… Même si tu romps avec elle, plus rien ne sera comme avant !
Nadia est remontée contre lui. Elle ne supporte pas le fait qu’il ait eu cette aventure. Elle va dans sa chambre et prend une valise où elle se met à ranger ses affaires. Madjid qui l’a suivie tente de la raisonner. Il est prêt à se mettre à genoux pour implorer son pardon et pour qu’elle reste.
- Je pars d’ici. Je ne veux plus te voir. Tu as prouvé que tu es un moins que rien et que nous, on ne valait rien !
- Non, ne crois pas ça ! Je te jure…
Mais elle en a trop entendu. Elle appelle son frère qui travaille dans le quartier et lui demande de venir la chercher. Madjid tente encore de la raisonner mais elle ne veut rien entendre. Lui qui espérait ne pas briser son mariage le sent en danger.
- As-tu pensé aux enfants ? Je croyais que tu les aimais autant que moi !, lui dit-il, espérant l’attendrir. Ils se sont attachés à toi !
- Oui, mais toi, tu les as oubliés le temps de quelques semaines ! Tu as été égoïste ! Et maintenant tu…
Des coups à la porte d’entrée les interrompent. Redwan son frère cadet est venu, croyant qu’elle était souffrante. Quand il voit la valise, il recule.
- Qu’est-ce qui se passe ?
- Rien ! Emmène-moi à la maison !, le prie-t-elle. Vous me manquez ! Partons !
- Et les enfants ?, demande Redwan.
- Madjid est là pour s’occuper d’eux, répond-elle, en prenant son foulard et son sac à main. Partons !
Son frère lui donne les clefs de la voiture et lui dit de l’attendre à l’intérieur. Elle sort la première, sans un regard pour son mari. Redwan tente d’en savoir un peu plus auprès de Madjid.
- On s’est querellés ! C’est de ma faute si elle est énervée ! Emmène-la quelques jours ! J’espère que sa colère passera !
- Madjid, compte sur nous pour l’aider à la dépasser ! Tous les couples rencontrent des problèmes. Elle finira par revenir à la raison !
- Si tu savais…
Redwan le salue et part rejoindre sa sœur qui l’attend près de la voiture. Elle n’est pas seule. Elle est en train de se quereller avec une jeune femme. Madjid qui l’avait suivie dehors reconnait Ibtissem. Il s’écrie en s’interposant entre elles.
- Ce n’est pas vrai ! Qu’est-ce que tu fais ici ?
- Je voulais savoir pourquoi tu n’étais pas venu à la pharmacie ! Je m’inquiétais pour toi ! Mais je vois que tu vas bien ! Ta femme part ! J’en conclus qu’elle est au courant !
Puis s’adressant à Nadia :
- Oui, pars ! Tu ne peux pas faire le poids avec moi ! Il m’a choisie !


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER