Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

"L’erreur..."

6er partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Heureusement que ses parents étaient là et prenaient soin d’elle. Masilva s’en sortit avec une légère commotion et une atroce migraine qui la cloua au lit pendant plusieurs jours. Elle regrettait d’être venue au risque de rater la venue de Djamel.  

Masilva ne put quitter le lit qu’au cinquième jour. Sa migraine avait complètement disparu et elle n’avait plus de nausées. Aidée de sa mère, elle se prépara à sortir au village. Elle alla au taxiphone et appela chez son oncle.
Son père les avait mis au courant pour l’accident. Comme elle s’y attendait, ce fut sa tante qui répondit. Elle parut très heureuse de l’entendre.
- Je peux conclure que tu vas mieux puisque tu as pu te déplacer, dit-elle. Comment va ton front ?
- La bosse est violette. Dans quelques jours, elle ne paraîtra plus. Comment vont mon oncle et Warda ?
- Ils vont très bien, répondit-elle. Quand rentreras-tu ?
- Je ne sais pas encore. Es-tu au courant pour la voiture ?
- Oui.
- Warda a dû se mettre en colère, ajouta Masilva, pour savoir.
- C’était un accident. Son père lui en achètera une autre ! L’essentiel est que tu te portes bien !
- Dès que je pourrais supporter le voyage, dit-elle. Est-ce que je peux parler à Warda ?
- Bien sûr, mais attends.
Depuis qu’elle reçoit pour toi ces coups de fils, elle s’enferme dans sa chambre !
La jeune fille se sentit rougir mais elle fit tout pour ne pas perdre son calme. Pourquoi ces frissons qui lui passaient sur le corps, à chaque fois que Warda recevait les appels pour elle. Était-ce de la jalousie ?
Elle se le demandait. Elle n’aimerait pas partager ses amis ou que ces derniers deviennent ceux de sa cousine. Elle regrettait amèrement d’être partie en vacances. Connaissant le caractère de sa cousine, cette dernière ne se contenterait pas de prendre leurs appels, elle en profiterait pour en savoir plus sur eux.
Masilva se mordait la lèvre quand sa cousine prit le combiné. Quelque chose dans la voix de Warda ​l’avertit et lui assura qu’elle ne s’était pas trompée sur son compte.
- Comment vas-tu Masilva ?
- Un peu mieux, répond celle-ci. J’ai pu sortir aujourd’hui.
Et toi, ça va ?
- Vraiment bien et je peux te dire que je ne m’ennuie pas, vu que tu reçois des appels chaque jour, lui dit-elle d’une voix mielleuse. Tu en connais des gens !
- Des relations de travail et d’amitié, répliqua Masilva simplement. Est-ce que Djamel a appelé ?
- Djamel ?
Warda eut un rire de gorge et sa voix prit un autre ton lorsqu’elle répondit :
- Oui. Le pauvre appelle chaque jour. Comme il a l’air gentil. Il s’inquiétait beaucoup et j’ai tout fait pour le rassurer. Tu sais, nous avons beaucoup discuté.
La cousine s’était tue comme pour bien apprécier l’effet que ferait cette nouvelle sur Masilva. Celle-ci sentit son cœur se serrer douloureusement.
- Vous ne devez pas avoir beaucoup de sujets à aborder,
lâcha-t-elle.
- Oh que si, soupira Warda. Tu en as de la chance Masilva. Mais je ne crois pas qu’il soit fait pour toi !
- Qu’est-ce qui te permet de juger notre relation ? Tu ne le connais pas !
- Mais si !, s’écria Warda. Maintenant je le connais un peu. En tout cas, il a l’air sympa !
Masilva vit trouble le temps de quelques secondes. Elle ne put rien dire à Warda.
Elle avait deviné. Elle en savait beaucoup plus sur elle maintenant. Sa cousine ne méritait pas sa confiance.
Elle raccrocha sans dire au revoir et alla régler. Ce ne fut qu’une fois dehors qu’elle comprit pourquoi elle voyait trouble. Elle pleurait. Elle avait le sentiment d’avoir perdu quelque chose ou quelqu’un. Djamel. Il fallait qu’elle rentre vite.

(À suivre) ADILA K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER