Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Seconde chance

9e partie

Résumé : Près de l’école, il aperçoit un enfant qu’il a l’impression de connaître. Il se reconnaît en lui. Sans cette gêne, il lui aurait demandé qui était son père. Il se rend chez ses parents et découvre que son père est mort. Sa mère s’est retrouvée seule. Il a le cœur plein de regrets…

- Vas-tu tarder Omar ?
Omar avoue à sa mère l’ignorer. Avant de venir au village, il s’était querellé avec Chahinez et il avait l’intention de ne plus retourner à Alger. Boualem étant absent, il avait laissé sa lettre de démission à sa secrétaire. À son retour, il en sera avisé.
- Pour l’instant, je suis en congé et je tiens à le passer avec toi !
Ils se rendent au cimetière et prient pour le repos de son père. Elle arrose les géraniums qu’elle a plantés sur sa tombe. De retour du cimetière, ils traversent le village. Omar remarque une grande villa blanche qui n’existait pas avant.
- À qui appartient-elle ?
- À un vieux… Il est décédé l’année passée !
- Sa famille y vit ? veut savoir le jeune homme, se rappelant que le petit écolier s’y était dirigé. Ils ne sont pas d’ici ?
- Non, et j’ignore d’où ils sont, ajoute-t-elle. Comme ça tu n’as pas à m’interroger sur leurs origines !
- D’où qu’ils soient, c’est une bien jolie villa ! Il devait être friqué !
- Oui, c’est sûr !
Ils repassent devant la maison des parents de Sonia. Tout le ramène à elle. Il se demande si elle a terminé ses études, si elle est avocate aujourd’hui, si elle a pu réaliser ses rêves d’autrefois.
- Tu ne sais pas ce qu’est devenue Sonia ? Ce qu’elle a pu faire de sa vie ?, lui demande-t-il. Tu ne sais vraiment pas ? Notre village est si petit qu’aucun fait ne passe inaperçu ! Quand on avait un bon dîner, des invités, tous le savaient ! Alors, ne me dis pas que tu ne sais pas ce qu’elle est devenue !
- Je sais qu’elle s’est mariée quelques semaines après votre rupture ! Elle aurait pu choisir au moins quelqu’un de mieux que toi, soupire sa mère, s’énervant un peu. Cette fille n’était pas digne de toi. Je me demande pourquoi tu me parles encore d’elle !
- Je n’arriverais jamais à l’oublier, lui confie Omar. Elle a été la vraie source du bonheur. C’est moi qui n’était pas digne d’elle. Je n’avais pas hésité à la tromper. Comment aurait-elle pu me pardonner ? Sonia est une fille hors pair. Tu ne devrais pas dire du mal d’elle !
Omar ne comprend pas pourquoi sa mère en veut tellement à Sonia. Il connaît assez Sonia pour savoir qu’elle est très respectueuse et qu’elle n’aurait jamais pu lui dire des choses qui auraient pu la blesser.
Une fois à la maison, sa mère fait tout pour qu’il se sente à l’aise, pour qu’il oublie Sonia et leur discussion.
Aussi, pour fêter son retour, sa mère ne lésine pas sur les moyens et prépare un grand couscous, invitant ses oncles et ses tantes ainsi que ses amis. Omar est heureux de retrouver ces derniers. Il a l’impression que la machine du temps a fait marche arrière.
Au fond de son cœur, il prie pour que Sonia vienne se joindre à eux, pour lui prouver qu’elle lui a tout pardonné et qu’elle est prête à lui donner une nouvelle chance. Même s’il n’est plus aussi jeune qu’avant. Même s’il ne le mérite pas.
Il profite d’avoir retrouvé ses amis autour du bon dîner pour les interroger sur Sonia. Ils restent évasifs. Ils confirment qu’elle s’est mariée, qu’elle est maman d’un beau garçon. À la question où il peut la trouver, ils lui conseillent d’abandonner son idée folle.
- Elle est mariée ! Elle a fait sa vie ! Va faire la tienne ! lui conseille un ami. Oublie-la !
Mais c’est impossible. Il l’a dans le sang. Après ces dix années d’exil, sa première nuit dans la maison qui l’a vu grandir, Omar la passera à rêver des choses étranges qui le laisseront en sueur.
Il se lèvera au petit matin et s’habillera de ses plus beaux habits, comme s’il devait rencontrer la femme de ses rêves. Sa mère est surprise de le voir refuser le petit-déjeuner qu’elle avait préparé avec amour.
- Où vas-tu ? lui demande-t-elle lorsqu’il sort dans la cour.
- Là où mes pas s’aventureront yemma, répond-il sans se retourner. Si je ne rentre pas ce soir, ne te fais pas de mauvais sang ! J’aurai enfin ce que je veux. Mais je reviendrai ! lui promet-il. Ne t’inquiète pas Yé !


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER