Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

9e partie

Chaos

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Mostafa tardait à rentrer. Kamélia se l’imaginait avec une autre, plus jeune et plus belle. Peut-être même avait-il un second foyer, avec d’autres enfants ? Zaher prit sa défense. Son père ne pouvait pas les abandonner.
Il devait avoir un sérieux empêchement, car jamais il ne manquait à sa parole. Le lendemain, ils étaient réveillés par un inconnu venu leur apporter des nouvelles.

Kamélia ouvrit un peu la porte, regarda de la tête aux pieds l’inconnu.
-Quelles nouvelles ?
demanda-t-elle.
-Votre mari.
-Quoi mon mari ? Il vous a emprunté de l’argent et vous êtes venu le récupérer ?
-Non, non. Il est à l’hôpital, lui apprenait-il en baissant les yeux.
-Ce n’est pas possible ! s’écria-t-elle. Il a fait un
accident ?
-Non, non, je ne crois pas. Il était hospitalisé. Si vous vous préparez, je vous accompagne jusqu’à lui, proposa-t-il. Je suis gardien à l’hôpital ! Il m’a demandé de venir vous chercher, vous et le petit !
-Mais qu’est-ce qu’il a ? Il est malade ?
-Oui, il est malade ! Si vous vous préparez tout de suite, je vous emmènerai jusqu’à lui, proposa-t-il.
L’inconnu se rendait compte que Mostafa n’avait pas mis au courant sa famille de son intervention chirurgicale. Il comprenait pourquoi il ne recevait pas de visite.
Kamélia recula comme si elle venait de recevoir un coup. Zaher la voyait pâlir.
Elle le prit par le bras, ne semblant pas croire à la terrible nouvelle.
-Ton père est malade ! Vite, va t’habiller, nous allons le voir !
-Papa !
L’enfant obéit, il était prêt en deux minutes. Kamélia, les mains tremblantes, s’était aussi préparée rapidement. Ils suivirent l’inconnu jusqu’à son véhicule où ils prirent place à l’arrière. Kamélia gardait la main de son fils dans la sienne. Jamais il ne l’avait vue aussi inquiète. Quand elle ne serrait pas sa main, il la sentait trembler. Lorsqu’ils arrivèrent à l’hôpital, il était un peu plus de 10h et ils durent attendre un moment avant d’entrer dans la chambre. Mais le lit était fait. Aucune trace de Mostafa.
-Ils l’ont peut-être emmené passer une radio ?
dit le gardien avant de se diriger vers une infirmière pour se renseigner.
-Ils viennent de l’emmener à la morgue, lui apprit-elle, l’air désolé.
Lorsqu’il se tourna vers eux, son visage était devenu blanc.
-Mais qu’est-ce qui se passe ?
l’interrogea Kamélia.
Où est-il ?
-Courage ! Il nous a quittés, lâcha-t-il.
-Mais il allait bien ! s’écria-t-elle. Il était en bonne santé ! Qu’est-ce qui l’a amené ici ?
-Il faudrait poser ces questions à son chirurgien, dit une infirmière. Vous pouvez le trouver au bureau, au fond du couloir.

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER