Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

19e partie

Denia - La vie…

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Selma redoute les retrouvailles. Lyès la rassure. Samir sera heureux de la revoir. Le père avait toujours promis qu’ils se retrouveraient tous un jour. Ils ne tardent pas à apprendre la nouvelle au reste du groupe. Mourad et Zino sont heureux pour eux. Aziza et Selma pleurent et regrettent d’avoir à se séparer…

- J’ai peur pour toi… Je ne veux plus que tu souffres, insiste Aziza tout en s’essuyant les yeux. Le prochain à s’en prendre à toi, même verbalement, aura à faire à moi !
Selma rit. Elle essuie ses larmes et sourit à Lyès.
- Je crois que maintenant plus rien ne pourra m’arriver ! Il sera là, pour moi, pour notre enfant ! la rassure-t-elle. On n’est plus des ados dont la vie dépend des autres !
- Oui mais si sa famille réussit à…
- Ils sont brouillés depuis longtemps ! Ils ne reviendront plus nous causer des problèmes ! On ne vivra pas dans la même ville ! S’il te plaît, la prie Selma, arrêtons de parler d’eux ! Je n’ai qu’une envie : retrouver mon fils !
- Bien, bien… Je te comprends mais quand même, mets-toi en tête que ta belle-famille ne vous laissera pas en paix, assure Aziza. Tu dois tout faire pour protéger ta famille de leurs méchancetés gratuites ! Il a fallu du temps pour te remettre et vivre avec les regrets ! Ne les laisse pas te rabaisser !
- Oui mais ne parle pas comme si on n’allait plus se revoir ! On va garder contact, et à chaque fois que je me plaindrais, secoue-moi ! Sauf que cette fois, s’il se passe quelque chose, dit-elle, je ne partirai pas seule ! Je prendrai mon fils !
- Oui, jamais sans ton fils ! Si les autres trouvaient que tu n’avais pas de cœur, que tu étais indifférente à son sort, poursuit Aziza, moi je sais que tu n’as jamais cessé de l’aimer et de penser à lui ! J’étais là, les nuits et les jours où tu le pleurais ! À chaque anniversaire, tu étais en deuil ! Tu pleurais sur ses photos…
- Oui, soupire Selma. Mais tu me remontais le moral et tu me disais : “Un jour, vous vous retrouverez !” Finalement, tu avais raison ! C’est pour bientôt !
Dès qu’elles arrivent à hauteur de Lyès, ce dernier est grave. Il a une proposition à lui faire.
- Et si on retournait au chalet ? dit-il. On pourrait partir en fin de journée ou demain matin ! J’ai envie de retrouver Samir tout de suite ! Je veux qu’il sache que j’ai tenu ma promesse ! Je t’ai retrouvée…
- Mais tu me disais qu’il était loin d’ici ! Qu’est-ce que tu as omis de me dire ? interroge Selma. Où est-il ? Qu’est-ce que tu me caches ?
- Je ne vais pas passer mes vacances ici alors qu’on peut passer ce temps précieux en famille ! réplique-t-il. Je veux le rendre heureux !
Selma soupire de soulagement. Le temps de quelques secondes, elle avait eu des doutes.
- Il a raison, intervient Mourad. Vous devriez rentrer. Vous pourrez faire d’autres randonnées mais en compagnie du petit ! Il y a plus urgent que de la faire avec nous !
- Mais je ne peux pas laisser Aziza ! Ammi Ali n’appréciera pas que je le laisse au milieu de nulle part, avec des inconnus ! Il faut me comprendre…
- Tu oublies que j’ai de l’expérience et qu’ils ne sont pas des inconnus ! On continue sans vous, dit Aziza. Vous pouvez rentrer tranquilles ! Il ne m’arrivera rien en leur compagnie !
Mais Selma refuse.
- On rentre tous ensembles ! Tu oublies que ce sera notre dernière nuit Aziza, et je ne peux pas partir comme ça. Je dois voir tes parents, libérer le salon, les coiffeuses. Je veux partir le cœur tranquille ! Et je tiens à ce que tu viennes avec moi ! Nos adieux ne peuvent pas se faire dans la forêt !

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER