Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

22e partie

Denia - La vie…

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Aziza force Selma à se préparer pour le dîner. Elle lui rappelle qu’elle doit tirer une leçon des erreurs du passé et préserver la chance qu’elle avait. Lyès ne tarde pas à venir la chercher. Il l’indispose en lui parlant de son amour. Quand il sort une enveloppe de sa poche, elle a mal en la reconnaissant…

- C’est… c’est…
Lyès sourit, même si son regard était empreint de tristesse.
- Oui, c’est bien elle, ton alliance, dit-il. Je n’avais pas beaucoup d’espoir mais je la gardais toujours dans mon sac ! Il y a longtemps qu’elle attend que tu la portes !
Les larmes coulent sur ses joues. Selma le laisse la glisser à son doigt. Il lui semble que l’alliance la brûle.
- Tu l’avais laissé sous le coussin. Ma mère voulait la jeter comme tu l’avais fait avec moi, avec notre mariage !
Muette de surprise, elle contemple longtemps la bague en or briller à son doigt.
- Lyès, murmure-t-elle. Je ne vous ai jamais rejetés…
- Je sais, la rassure-t-il en lui tendant un mouchoir, pour essuyer ses larmes. Ne pleure plus… omri, c’était écrit que notre mariage traverserait de durs moments tout comme il était Ecrit qu’on se retrouverait !
Le serveur apporte leur commande et leur souhaite bon appétit avant de se retirer. Selma ne mange pas. Elle est encore toute bouleversée. Lyès mange avec appétit. Elle soupire.
- Tu n’as pas apporté de photos de Samir ? demande-t-elle.
- Si mais je les ai laissés dans la chambre, répond-il. Si tu veux, on pourra les voir !
Selma hausse les sourcils et pince des lèvres.
- Hé, ne le prends pas mal. On est mariés ! N’ai-je pas glissé la bague, à ton doigt ?
- Oui, deux fois ! reconnait-elle. On se marie pour la deuxième fois ! Tout à l’heure, on ira voir ami Ali. Je tiens à le remercier pour tout ce qu’il a fait pour moi ! Il a été un père, pour moi ! Depuis que je suis ici, je vis avec sa fille !
- Je sais omri ! Je demanderai sa bénédiction avant de te ramener à la maison ! Si tu y tiens, on donnera même une fête où tu inviteras tes amies !
- C’est vrai ?
Selma est heureuse.
- Fais-moi plaisir et finis de dîner. On doit passer le voir ce soir, pour faire des projets, pour demain, lui dit-elle.
- Comme tu veux… Mais si tu veux que j’aille plus vite, il faudrait que tu m’aides !
Mais elle ne peut rien avaler. Elle le regarde dîner puis ils quittent le restaurant. Bras dessus dessous, ils se rendent chez ami Ali et Yamina. Aziza leur ouvre et sourit en les voyant si heureux. Son père qu’elle avait mis au courant, les embrasse et les serre dans ses bras. Il est très ému.
- Mes enfants, vous remplissez mon cœur de joie en vous réconciliant ! Vous avez fait le bon choix ! Vous avez connu le malheur d’être séparés, tous deux victimes de la méchanceté gratuite de vos familles, vous saurez vivre heureux et préserver votre bonheur !
Lyès jure de prendre soin d’elle. Ami Ali brandit un doigt menaçant sous son nez.
- S’il lui arrive quoi que ce soit,  tu auras affaire à moi ! Tu regretteras de ne pas avoir tenu parole !
- Allons, allons, venez vous asseoir, les prie Yamina. Je vais préparer de la tisane ! On a encore d’autres…conseils à te donner ! ajoute-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Et puis, on veut tout savoir ! Aziza a été avare en détails !
Elle file à la cuisine, préparer du thé alors qu’ils prennent tous place, dans le salon, autour de la cheminée. Selma reste près du vieil homme, appuyée à son épaule.
- Tu vas me manquer ma fille !
- Moi aussi… Mais tu viendras, vous viendrez, rectifie-t-elle, à mon mariage ? N’est-ce pas ?
- Et comment ! s’écrie-t-il. Alors, comme ça, vous comptez marquer l’évènement ?
- Oui, répond Lyès. Quand nous nous sommes mariés, ma famille n’était pas heureuse, pour nous ! Ils nous ont mariés sans grande pompe, juste nos proches ! Et là, je suis si heureux que je suis prêt à tout !

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER