Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

5er partie

"L’erreur..."

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : À cause du mauvais temps, Masilva ne put prendre la route que deux jours plus tard. La veille de son départ, elle avait reçu un appel de son ami Djamel qui lui apprenait par la même occasion qu’il comptait venir la voir dans deux semaines.
Masilva passa un agréable séjour auprès de sa famille, mais le jour de son retour, et en cours de route, elle eut un accident.  

Lorsqu’elle ouvrit les yeux ce fut sur une lumière aveuglante. Elle les referma aussitôt avec une grimace de douleur.
-Ce n’est qu’une légère commotion, dit quelqu’un à côté d’elle.
Pour Masilva, la douleur qu’elle avait lui faisait penser à une fracture au niveau du crâne. Elle rouvrit doucement les yeux, puis embrassa du regard la pièce. À la vue des appareillages, les lits vides sur sa droite, elle était à l’hôpital.
-Depuis quand suis-je ici ?, murmura-t-elle à l’homme en blouse blanche qui se pencha vers elle.
-Ce matin…
-Est-ce grave ?, demande-t-elle, très inquiète. J’ai si mal…
-Non, la rassure-t-il. Ce n’est qu’une grosse bosse… D’ailleurs votre famille est là !
-Je veux rester à la maison, dit-elle.
-Normalement, nous devons vous garder en observation, répliqua-t-il. Mais si vous promettez de garder le lit pendant quelques jours ! De revenir au moindre vertige, à la moindre nausée, j’accepte de vous laisser sortir !
-C’est promis docteur !
Elle ne lui dit pas qu’elle devait rentrer à Alger. Elle devait reprendre le travail le lendemain.
-Si la migraine persiste, il faudra prendre un médicament, poursuit-il.
Il lui remet une ordonnance.
-Il vous faut du repos, insista-t-il.
Ce ne fut qu’une fois mise en position debout que Masilva comprit pourquoi le médecin insistait tant à ce qu’elle reste alitée.
Son père et sa mère l’épaulèrent jusqu’à la voiture. Ils l’installèrent à l’arrière. La jeune fille crut plusieurs fois qu’elle allait vomir durant le trajet entre l’hôpital et le village.
De nouveau dans sa chambre, elle prend les comprimés que lui avait prescrits le médecin de garde. Elle s’endormit rapidement sous l’œil inquiet de sa mère.
Taous prépara une tisane, et à son réveil quelques heures plus tard, elle l’apporta à sa fille.
-Bois un peu, lui dit-elle en lui remettant une tasse pleine. Cela te fera du bien…
Masilva grommela quelque chose d’inaudible en entendant le grondement du ciel. Le mauvais temps allait encore durer. Elle refusa de goûter à la tisane. Elle se redressa doucement, et en s’asseyant elle fut soulagée de constater que l’intense douleur s’était dissipée, laissant place à un vague malaise.
La porte de la chambre s’ouvrit et son père entra silencieusement, s’imaginant qu’elle était encore endormie.
-Tu es réveillée ma fille !, s’exclama-t-il.
-Qu’est-ce que j’ai au front ?
-Une bosse d’une jolie couleur, lui apprit-il. Mais tu peux te considérer comme sauve vu l’état dans lequel se trouve la voiture !
Masilva devient livide tout en écarquillant les yeux.
-Décris-moi son état !, le pressa-t-elle.
-Elle a été emmenée au garage le plus proche. Le capot est tout froissé… Tu devras la réparer !
-Bien sûr ! Mais il faut que je téléphone à mon travail, dit-elle. Je devais reprendre aujourd’hui !
-Ils se douteront bien qu’il y a eu un imprévu, la rassura son père. Tu présenteras un certificat médical…
Masilva poussa un soupir exaspéré et ferma les yeux pour qu’il ne voie pas ses larmes. Elle regrettait d’être venue. Si elle n’avait pas cédé à la pression de sa cousine, elle n’aurait pas été dans cette situation. Elle n’aurait pas fait cet accident. Elle n’aurait pas dû laisser son téléphone portable. Djamel devait appeler et s’impatienter. Il n’était pas prévu cet accident qui lui faisait rater sa reprise au travail et son rendez-vous avec son amoureux…

(À suivre) ADILA K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER