Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

9e partie

Les doutes

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Da Akli se fait beau et s’en va au cabinet du Dr Fadhéla. Elle l’accueille chaleureusement. Très à l’aise, il n’hésite pas à lui parler de ses sentiments. Il est sans voix en apprenant qu’elle aussi l’aime, tout simplement…

Da Akli n’en revient toujours pas. Quand il est dans la rue, au milieu des passants, il prend conscience qu’il ne rêve pas, qu’il ne sort pas d’un songe. Sa visite au cabinet du Dr Fadhéla a bel et bien eu lieu. Leur conversation, leurs confidences lui reviennent. Il lui a fait part de sa situation actuelle, des problèmes qui risquaient de se poser avec ses fils. Quant à Fadhéla, elle avait aussi conscience que la partie ne sera pas facile. Sa famille n’allait certainement pas approuver son choix. Il lui faudra se battre et tenir bon s’ils menacent de la renier.
Da Akli est si heureux qu’il n’a même pas faim. Il entre dans plusieurs boutiques pour femme et il n’a pas pu s’empêcher d’acheter quelques cadeaux pour Fadhéla. Ils ont rendez-vous en fin de journée pour discuter encore de leur avenir, des dispositions à prendre.
Le vieil homme a une légère fièvre tant il est excité par le nouveau sens qu’allait prendre sa vie si Fadhéla et lui arrivaient à concrétiser leur union. Il sait que lui-même n’aurait jamais approuvé que sa fille, médecin de surcroît, se marie avec un vieux. Dieu merci, il n’avait pas eu de fille. Seulement des garçons. Le cadet s’avère plus vieux que Fadhéla. Elle aura trente ans dans quelques semaines. L’enseigne d’un taxiphone attire son attention. Il a envie d’appeler son fils Sami, l’aîné, celui qui vit à quelques kilomètres d’ici. Ce dernier devait être inquiet.
Da Akli décide de lui donner des nouvelles. Il l’appelle donc à son travail. Sami répond dès la première sonnerie.
-Papa ! Dieu merci, tu vas bien ! Mais où es-tu ? On se fait un sang d’encre ici à ton sujet !
Quel fils attentionné ! Le vieil homme a honte de son comportement.
-Je vais très bien, le rassure-t-il… J’en avais marre… Je voulais un peu revivre ! Je voulais changer ma vie !
Il y a, au bout du fil, un silence surpris. Ce langage ne lui ressemblait pas. Sami devait douter de sa lucidité.
-Tu es sûr d’aller bien ?
-Oui, je sors même de chez le médecin, répond Da Akli en riant. Je vais même très bien !
-Où vis-tu ? Qu’est-ce que tu as fait depuis que tu es parti ?
-Au début rien, répond le vieux père. Maintenant, je suis en train de refaire ma vie !
-Tu vas te marier ? Avec qui papa ? Sais-tu au moins ce que tu fais ? Est-ce quelqu’un de bien ?
-Écoute, je ne suis pas un gamin ou un vieux à l’article de mort ! J’ai encore tous mes esprits, se défend Da Akli, manquant de s’emporter, mais il marque un temps d’arrêt, un temps suffisant pour se calmer. Écoute, inutile de te faire du mauvais sang pour moi… Je te rappelle plus tard !
-Papa, il faut que tu viennes, qu’on puisse discuter, insiste son fils Sami qui craignait qu’il ne fasse une folie. Tu viens pour une heure ou deux… Cela nous fera plaisir de te voir… Tu sais combien tu comptes pour nous !
-C’est réciproque mon fils… Inutile de m’attendre et d’être déçu si je ne viens pas, l’avertit Da Akli. Je serais occupé ces prochains jours !
-À quoi faire ?
Da Akli abrège la conversation. Il trouvait que ses projets ne le regardaient pas, il raccroche après lui avoir demandé d’embrasser ses petits- enfants pour lui…
Un coup d’œil à sa montre lui rappelle son rendez-vous avec Fadhéla. Elle doit l’attendre dans un salon de thé, tout près de son cabinet. Ils ont beaucoup de choses à se dire. Ils doivent s’entendre sur tout, avant d’affronter leur famille. Et ce, si Fadhéla n’était pas revenue sur sa décision…

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER