Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

63e partie

Les regrets ne changent rien

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Makhlouf qui ne voulait pas la réveiller, sort dans le jardin et n’a pas le temps de s’occuper de son potager. Il a trouvé un médaillon en argent et s’étonne de sa présence. Il remarque des traces de pas et constate qu’on a utilisé le tonneau qui sert de décharge.

- Quelque chose m’échappe, dit-il. Hier soir, tu parlais de lui comme si tu étais victime de son harcèlement, et ce matin, tu priais ton amie d’aller le voir car il a été agressé. Pourquoi t’inquiètes-tu à son sujet ? Qu’est-ce que tu me caches ?
- Rien, je t’ai tout raconté, répond-elle d’une petite voix alors qu’elle tremblait au point de renverser son café.
Elle se lève et prend un essuie-tout, le posant sur le café renversé. Son oncle la saisit par le poignet, la forçant à s’asseoir.
- Si tu l’avais laissé bien portant, comment se fait-il que tu sais qu’il a été agressé ?
- Mais c’est quoi ces questions ?
- Comment l’as-tu appris ?
- C’est elle qui me l’a dit…
- Tu en es sûre ? D’après ce que j’avais entendu, tu l’avais lu sur le journal, dit-il, abandonnant son petit déjeuner pour saisir la presse de la veille.
Il se met à chercher dans les faits divers une agression. Il finit par tomber sur l’article et le brandit sous son nez.
- C’est lui ? Il a été agressé et il est dans le coma ! s’écrie-t-il. Dis-moi que tu n’as rien à voir avec ça ?
Elle sursaute quand il frappe du poing sur la table. Son visage est rouge de colère, et son regard, elle ne peut pas le supporter. Elle voudrait se lever mais il se tient penché vers elle.
- Dis-moi que tu n’es pas derrière son agression ! Rassure-moi !
Mais à sa façon de crier, il est évident qu’il a des doutes.
- Comment j’aurais pu le faire ? J’étais ici…
- Oui mais l’agression a eu lieu la veille ! Tu as pu t’en prendre à lui et fuir Alger pour venir ici ! Pour qu’on ne te retrouve pas, émet-il gravement. Pour qu’on t’oublie aussi ! Je crois que tu es venue te cacher ici !
- Non ! Comment peux-tu croire que j’ai pu m’en prendre à lui ? Il… Il est grand, fort ! Une femme de ma taille ne ferait pas le poids ! Je ne suis pas folle khali ! Je laisse le bon Dieu se charger de lui ! D’ailleurs, c’est ce qui est arrivé !
- J’ignore ce qui se passe, mais ça sent mauvais ! J’espère ne pas avoir à apprendre que tu es derrière tout ça ! On n’a jamais eu de criminel dans la famille ! Encore moins une femme ! Quelle honte pour notre famille ! Avant, les hommes commentaient des crimes d’honneur, et s’ils allaient en prison, ils pouvaient compter sur le soutien de leurs familles et amis ! Mais une femme… C’est le monde à l’envers ! Si tu as à voir avec cette agression, crois-moi, tu n’y échapperas pas ! Ne compte pas sur moi pour te servir d’alibi, la prévient-il en se redressant, et il s’éloigne d’elle, va à la fenêtre de la cuisine qui donne sur le jardin. Dis, demande-t-il en voyant le baril, qu’as-tu brûlé ?
- Hein ? Où ça ?
- Dans le baril, tu t’es débarrassée de quoi ?, insiste-t-il.
- De rien…
- Tu en es sûre ? Si un jour la police scientifique fouine dedans, es-tu certaine qu’ils ne trouveront rien qui appartient à ce Madjid ?
Ibtissem secoue la tête, incapable de dire non. Mais cela suffit à l’oncle pour le mettre hors de lui.
- Prends tes affaires et pars d’ici ! Je ne veux pas d’une criminelle sous mon toit ! Dehors ! Barra !

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER