Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

97e partie

L’inaccessible

©Dessin/Mokrane Rahim

Cinquième chapitre :  L’autre verité…

Résumé : Yahia finit par lui apprendre ce que Maria exigeait de lui. Majda n’en revient pas qu’il ait accepté de tout sacrifier pour elle. Elle sort de ses gonds et lui aurait arraché les yeux s’il ne l’avait pas maîtrisée. Elle ne veut plus de lui chez eux. Yahia part et roule à travers la capitale. À l’aube, il se retrouve devant chez Maria…

Yahia ne monte pas tout de suite. Il espère qu’elle répondra à son texto. Il attend un petit moment, puis lui en écrit un autre.  “Je suis en bas si tu veux de moi ?” Une minute plus tard, il reçoit une réponse. “Monte !” Yahia soupire de soulagement. Il est las. Il a besoin d’elle autant de se reposer. Il monte rapidement et trouve la porte entrouverte. Salem l’attendait. Il fronce les sourcils en voyant ces égratignures et l’état de sa chemise. Il manquait des boutons.  - Mais qu’est ce qui t’est arrivé ? Tu t’es fait agresser ? lui demande-t-il doucement en l’emmenant à la salle de bains. On a une trousse à pharmacie…
Salem la sort du meuble de la salle de bains. Yahia croise son reflet dans la glace et si Maria le voyait comme ça, elle ferait un pic de tension.
- Si tu permets, je vais me laver avant…
Salem lui sort une serviette propre et l’attend dans le couloir. Yahia ressortit quelques minutes après. Ils vont à la cuisine où le café était déjà prêt.
- Je m’apprêtais à partir à la fac, dit Salem.
- Et moi, à tomber sur ta mère, dit Yahia alors qu’il lui sert une tasse de café. Ce n’est pas elle qui a répondu au texto, n’est-ce pas ?
- Oui, je n’avais plus de crédit, alors j’ai pris son portable, pour appeler mon copain ! Je ne voulais pas te laisser en bas…
Yahia soupire en pensant à la réaction de Maria lorsqu’elle le trouvera encore ici. Le portable de Salem vibre.
- Je m’excuse, mais je dois y aller ! Vas-y doucement avec maman. Elle n’aime pas être brusquée, surtout le matin… Yahia lui souhaite bonne route et ferme derrière lui. Il va au salon, même s’il meurt d’envie d’aller à la chambre de Maria. il voudrait la regarder dormir ou se réveiller. La fatigue de la nuit passée au volant finit par avoir raison de lui. il s’endort dans le fauteuil.
                    ****
Maria s’est réveillée plus tard que d’ordinaire. Le calmant pris la veille aura été bénéfique. Elle avait bien dormi et elle n’avait plus de migraine. Elle est passée dans la chambre de son fils. Elle est surprise de trouver le lit défait. Depuis des années, il rangeait sa chambre avant de partir à l’école.
Elle ouvre la fenêtre de la chambre, pour l’aérer. Elle va prendre une douche et s’étonne de trouver dans la corbeille, du coton plein de sang. Salem s’était servi de la trousse de pharmacie, sans la ranger.
- On peut dire qu’il prend de mauvaises habitudes, se dit-elle. Il est parti sans me réveiller, en plus !
Elle nettoie, puis prend sa douche. Elle se prépare pour se rendre à son travail. Elle se rend à la cuisine et se prépare un petit-déjeuner. Elle meurt de faim. Dans le frigo, elle tombe sur le plat rapporté du restaurant.
- Trop gentil…
Elle allume la radio, pour écouter les infos tout en déjeunant. Elle manque de s’étouffer quand elle perçoit un bruit sur sa droite. Yahia se tient dans le couloir.
- Mais qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi n’es- tu pas parti ? Pour qui te prends-tu ?
- Pardon… Je n’avais pas où aller… Ta radio m’a réveillé…
Puis, elle remarque les écorchures de son visage.
- Mais que t’est-il arrivé ?
- Majda n’a pas sauté de joie en apprenant que je voulais divorcer, pour être avec toi !
- La pauvre… Si j’étais à sa place, je ne t’arracherais pas les yeux mais le cœur !

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER