Scroll To Top
FLASH
  • La demande de remise en liberté provisoire de Louisa Hanoune rejetée par le tribunal militaire de Blida.

Autres / Récit de Adila Katia

Récit de Adila Katia

Pour toi 76e partie

Résumé : L’inspecteur poursuit son enquête au sein de la clinique. Les agents de sécurité ne se souviennent pas d’elle. La réceptionniste voit tellement de femmes qu’elle n’est pas sûre de pouvoir l’aider. Elle l’oriente vers la pharmacie interne qui possède un fichier des patients qui s’approvisionnent chez eux. La pharmacienne possède une fiche au nom de Fouzia. Elle a été suivie médicalement pendant quinze ans. La fiche est ancienne. L’inspecteur commence à douter, se demandant où est la vérité ?

- Vous travaillez ici, depuis quand ?, interroge-t-il la pharmacienne qui préparait des médicaments dans des sachets.
- Dix ans, répond-elle. Pourquoi ?
- Connaissez-vous bien Dr Kamel ?
- Non, je travaille seulement pour lui… Pourquoi ?
- J’enquête sur lui et cette patiente. D’après elle, ils auraient eu une relation pendant des années !
La pharmacienne hausse les épaules.
- Qui sait ?
- Pouvez-vous me la décrire ?
La pharmacienne la décrit grande, teint et yeux clairs. Quant à la couleur de ces cheveux, elle l’a vue en blonde, en rousse et en châtain foncé.
- Malgré le miracle des teintes qui transforme complètement la personne, saurez-vous la reconnaître ?
L’inspecteur lui montre la photo de Fouzia et la voit froncer des sourcils, une légère moue aux lèvres.
- Je ne sais pas si c’est elle ou c’est une femme qui lui ressemble beaucoup ! Mais ça pourrait être elle !
-Merci…
Il garde la fiche et retourne auprès de l’assistante qui a vidé tous les tiroirs. Des centaines de dossiers sont empilés sur le bureau, sur son fauteuil et sur le meuble de la photocopieuse.
- Je ne comprends pas, dit-elle. C’est la première fois que cela m’arrive ! Jamais je n’ai égaré de dossiers avant aujourd’hui ! J’espère qu’il est chez le docteur !
- Je l’espère…
- Il arrive !
Depuis la fenêtre de son bureau, elle l’a aperçu dans sa voiture. Il se gare toujours au même endroit. En face de leurs bureaux.
L’inspecteur s’approche de la fenêtre et le regarde descendre de sa voiture, prendre son cartable et des journaux avant de fermer. Il le perd de vue à son entrée dans la clinique. Il prend tout son temps pour venir à son bureau.
Quand il arrive enfin, il n’est pas surpris de trouver l’inspecteur. Les agents de sécurité l’ont avisé de sa présence.
- Bonjour !, leur dit-il avant de demander à son assistante :
- Combien de malades aujourd’hui ?
- Une dizaine…
- Pardon de perturber votre programme, l’interrompt l’inspecteur, mais je suis votre premier rendez-vous ! J’ai des questions à vous poser ! Vous verrez vos malades après ! D’ailleurs, c’est pour parler de l’une d’elles ! Fouzia… Votre assistante ne retrouve pas le dossier ! L’avez-vous pris ?
- Oui, j’en avais besoin ! Allons dans mon bureau, nous y serons plus à l’aise…
L’inspecteur l’y suit. Le psychiatre de renom a retiré sa veste et l’a accrochée à un portemanteau, dans le coin du bureau.
- Du café ?, propose-t-il.
- Non…
L’inspecteur va s’asseoir sur le divan, un sourire ironique au coin de la bouche.
- C’est ici que vos malades se livrent à vous…Mais aujourd’hui, c’est moi qui vais vous écouter, dit-il. Parlez-moi de Fouzia…


(À suivre)
A. K.