Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

16e partie

Seconde chance

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : ​Sonia recommande à son fils de ne plus parler à Omar. Ce dernier tente d’avoir une discussion avec elle, mais elle ne veut plus de lui. Une fois dehors, il ouvre l’enveloppe remise par Boualem. Une surprise l’attend.

Omar pense à la déchirer sans même l’avoir lue. Que pourrait-elle bien lui dire d’intéressant ? Qu’il lui manquait ? Qu’elle le priait de revenir ? Chahinez savait qu’il n’avait que trop tardé. Il aurait dû partir depuis longtemps. Sonia aurait eu la preuve qu’elle était la seule à compter pour lui.
- J’ai été bête et stupide !
Mais au moment même de la déchirer, il se retient, un chèque qui venait de tomber sur le banc attirait son attention.
- Mais qu’est-ce qui lui a pris ? Ella a bu, ma parole !
Omar n’en croit pas ses yeux. Le chèque mentionne une somme très importante. Il pourrait s’offrir un appartement avec. Mais il n’a pas besoin de son argent. Si elle pense pouvoir l’acheter avec, elle se trompe. Maintenant qu’il venait de retrouver Sonia, il était prêt à tout, à prier dans la mosquée du village pour lui prouver qu’il avait changé ! Pour elle, il fera tout, même si elle ne voulait plus de lui.
Curieux de savoir pourquoi elle lui envoyait un chèque, il se met à lire la lettre. Pendant un moment, il croyait rêver…
Chahinez osait enfin avouer qu’elle était responsable de la rupture. Sonia avait appelé des centaines de fois pour lui parler. Elle ne l’avait jamais mis au courant, ne voulant pas lui donner l’occasion de la rejoindre.
Chahinez la savait enceinte, mais elle ignorait si la grossesse a été interrompue ou pas. Pendant des années, elle avait gardé le silence, croyant bien faire. Après avoir appris qu’il avait démissionné, elle pensait que, pour une fois, elle devait être honnête. C’est pourquoi elle avait tenu à lui écrire cette lettre pour le mettre au courant. À ses yeux, il n’est jamais trop tard pour bien faire !
- Alors Wahid est bien de moi !,s’écrie-t-il en sentant des larmes lui mouiller les yeux. J’ai tout raté à cause d’elle ! J’ai tout perdu…
Sonia ne voudra plus jamais de moi !
Maintenant, il la comprenait. Sonia avait été contrainte à abandonner ses études et à se marier avec un vieux uniquement pour que Wahid ait un nom, pour qu’il ne soit pas un enfant naturel. Sonia était alors étudiante et de milieu modeste. Elle n’aurait jamais pu se procurer de l’argent pour se faire avorter. Elle n’avait pas eu le choix. Pour ne pas déshonorer sa famille, elle s’était mariée avec un vieux. Mais en échange de quoi avait-il accepté de couvrir de son nom l’enfant d’un autre ?
Mais quel homme sensé refuserait de se marier avec elle ? Elle est belle et instruite. Peut-être qu’elle a été honnête avec lui et qu’il savait dans quelles circonstances elle s’était retrouvée enceinte ?
Mais quel genre de vie avait mené Sonia depuis ? Omar refuse d’imaginer qu’elle ait pu tout partager avec lui ! Il n’en supporte pas l’idée. Dans sa tête, elle a toujours été à lui. Parce que pour lui, leur amour n’est pas de ceux qui meurent !
Quoi qu’elle ait pu faire, son cœur n’avait pas changé. Seule la raison avait pris les décisions qui pourraient la mettre, elle et l’enfant, à l’abri des médisances et du besoin. Vu la grande villa, son défunt mari devait être fortuné. À sa mort, Sonia avait hérité de tous ses biens. Wahid semblait très heureux. Son père adoptif avait certainement été formidable avec lui.
- Omar ! Dieu merci, je t’ai enfin trouvé ! Je te croyais parti, pour toujours…
Ces mots, il aurait voulu les entendre de la bouche de Sonia et non de sa mère. En voyant ses yeux larmoyants, elle ne peut s’empêcher de s’écrier :
- Tu penses encore à elle ! Qu’elle soit maudite ! Mais quand vas-tu comprendre qu’elle est la cause de tous tes malheurs ?

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER