Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de G.Boulki

Comme un rêve fugitif

16e partie

Résumé : Sabrina a quitté l’hôpital. Rafik lui rend visite, et la jeune fille est contente de le revoir. Il voudrait bien lui faire part de ses sentiments, mais il n’ose pas.

Les jours passent. Il a espacé les visites mais il lui donne régulièrement les cours. Il pensait, au départ, que le sentiment qu’il ressentait pour elle était passager.
Il pensait aussi que c’était la maladie de la jeune fille qui le suscitait. Mais au fur et à mesure que le temps passe, le sentiment se renforce. Il n’y a pas de doute : il l’aime !
Il réfléchit au moyen de lui faire sa déclaration.
Mais avant, il voudrait d’abord s’assurer qu’elle partage son sentiment. Mais comment le savoir ?
Il sait qu’il ne lui est pas indifférent mais peut-être ne ressent-elle pour lui que de l’amitié.
D’ailleurs, elle le lui a dit une fois : “Nous serons amis !”… Amis… Mais lui, il veut plus que cela !
Certes, il a connu plusieurs filles, et il sait qu’il exerce une certaine fascination sur elles.
Plusieurs même, à commencer par Nadjet qui l’a envoyé donner des cours à Sabrina, ont le béguin pour lui. Mais lui, même s’il les trouve sympathiques, n’a jamais ressenti pour elles que de l’amitié. Mais avec Sabrina, c’est différent…
Ce jour-là, il la trouve renfrognée.
-Qu’as-tu ? lui demande-t-il.
Elle ne répond pas.
-Je t’ai fait quelque chose ?
Elle lève vers lui la tête.
-Non, non !
-Alors, dis-moi ce que tu as !
-On veut m’envoyer à l’étranger !
Il la regarde, surpris.
-À l’étranger ? Pourquoi ?
-Mes parents trouvent qu’on me soigne mal ici… Que là-bas, j’ai plus de chances de guérir !
Il réfléchit un moment.
-S’ils ont des garanties…
Alors, elle éclate.
-Mais je sais que même là-bas, je n’ai aucune chance ! Ma maladie est d’une gravité extrême…
Personne ne peut rien pour moi, je suis irrémédiablement perdue ! Elle éclate en larmes. Il est si bouleversé qu’il lui prend la main.  Et sans savoir pourquoi, il se met à pleurer. À ce moment-là, attirée par les cris de sa fille, Malika accourt.
-‘’Non, je ne veux pas partir !’’
Elle la prend dans ses bras et la serre.
-Mon enfant, nous ne voulons que ton bien !
-À quoi bon, puisque je ne guérirai pas ?
-À l’étranger, il y a des traitements… On va ralentir la maladie en attendant qu’on trouve des remèdes…
-À quoi bon, quelques mois de plus ou de moins, puisque la fin viendra…
Au moins que je ne perde pas mon temps en voyage ! Malika se met à pleurer.  Rafik, qui n’a rien dit, est toujours bouleversé. Malika le regarde.
-Excusez-nous, Monsieur…
Sabrina s’essuie les yeux.
-Je suis fatiguée, je vais aller dormir.
Et sans un mot pour Rafik, elle quitte la pièce.
-Excusez-la, dit Malika.


(à suivre)
G. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER