Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de G.Boulki

Comme un rêve fugitif

17e partie

Résumé : Sabrina fait une crise de larmes. Elle apprend à Rafik que ses parents veulent l’envoyer à l’étranger pour des soins. Elle dit que cela ne servirait à rien.

Malika conduit Rafik au salon. Il est toujours bouleversé, et il ne trouve rien à dire.
-Excusez-la, elle n’a pas l’habitude de faire des éclats.
-J’ai été très surpris, avoue Rafik.
-Je sais, il faut que je vous explique… Asseyez-vous !
Il tire une chaise.
-Nous avons consulté des médecins, et leurs pronostics sont des plus décourageants.
Rafik la regarde, effrayé.
-Je pensais qu’elle était tirée d’affaire…
Malika éclate en larmes.
-Hélas…
-Elle allait mieux… Elle a même repris des couleurs…
-Hélas, répète encore Malika. Ce n’est qu’un répit… La maladie risque de revenir d’un moment à l’autre et cette fois-ci, elle risque de l’emporter !
Rafik est atterré.
-Je ne savais pas…
-Vous ne pouviez savoir…
-Et ce voyage à l’étranger ?
-En fait, c’est juste pour prolonger un peu son espérance de vie… Mais comme elle l’a dit, le terme est là… On ne fera que le retarder !
Alors, comme tout à l’heure, avec Sabrina, il ne peut retenir ses larmes. Malika s’émeut.
Elle lui prend la main et la serre dans la sienne.
-Monsieur Rafik…
-C’est injuste, lâche-t-il.
-Oui, dit-il, la vie est injuste… Mais c’est la vie… Et c’est aussi le destin…
Il s’essuie les yeux.
-Alors, elle va partir…
-Elle refuse, mais nous allons essayer de la convaincre… Quelques mois de plus à gagner, c’est toujours ça… C’est ça à gagner sur la mort !
Ce dernier mot fait tressaillir Rafik.
-Ne parlez pas ainsi…
-Vous avez raison, il faut lui redonner espoir…Je voudrais vous demander un service…
-Tout ce que vous voudrez !
-Essayez de la convaincre d’accepter de partir !
Il fronce les sourcils.
-Je sais, elle a déjà donné son avis…
-Elle ne veut pas se séparer de vous !
-Je vais l’accompagner… Son père nous rejoindra… Il faut juste qu’elle accepte de partir !
-Ce sera difficile !
-Je suis sûre que vous arriverez à la convaincre… Vous avez une si bonne influence sur elle !
-J’essaierai, dit Rafik.
Et il rentre chez lui. Il ne va pas à la cité universitaire, comme chaque fois qu’il le fait après avoir donné son cours à Sabrina. Il marche longuement et sort de la ville. Ce n’est que lorsqu’il est fatigué qu’il s’adosse à un arbre. Alors, il pense à ce qu’il vient de vivre. Son cœur se serre, et l’image de Sabrina criant qu’il est trop tard pour lui, le hante. Et il se met à pleurer.


(à suivre)
G. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER