Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de G.Boulki

Comme un rêve fugitif

22e partie

Résumé : C’est au jardin que Rafik avoue à Sabrina qu’il l’aime. Il promet, dès qu’elle rentrera de l’étranger, de demander sa main.

Ils retournent à la maison juste au moment où la mère et le frère de Sabrina reviennent. Malika remarque tout de suite le trouble des jeunes gens. Elle croit que sa fille a fait un malaise.
-Ça va ? Tu n’es pas trop fatiguée ?
-Je n’ai pas travaillé, avoue Malika. Je suis sortie au jardin…
Elle regarde Rafik.
-Je lui ai fait découvrir le jardin… Il a beaucoup aimé !
Rafik est gêné. Malika sourit.
-Quand tu reviendras, nous organiserons un barbecue… Nous inviterons Monsieur Rafik !
Quand il se lève pour partir, Sabrina le retient.
-Restez encore !
Malika a-t-elle compris la nature des sentiments qui lient sa fille à son précepteur ? Elle quitte la pièce et les laisse seuls.
-Je t’aime ! Il ne sait si c’est lui qui a parlé ou elle… Puis vient le temps de la séparation.
Ils se mettent d’accord pour qu’elle lui envoie, dès qu’elle sera hospitalisée, son numéro de téléphone.
-Tu passeras à la maison…
Comme il hésite, elle le rassure.
-Ça fera plaisir à mon père et à mon frère !
Il promet donc.
Sur le pas de la porte, Malika l’arrête.
-Je voudrais vous remercier pour ce que vous avez fait pour elle…
Il est si ému que les larmes l’étranglent.
-Et moi, je voudrais…
Il a envie de lui dire qu’il aime sa fille, mais la honte le retient.
-Je sais, dit-elle, je sais !
Et il part, tristement. Il ne regagne pas sa chambre à la cité universitaire, mais va dans un jardin public, comme s’il cherchait encore dans ce jardin l’image de celle qu’il a quittée.  Il ne dort pas de la nuit. Il compte les heures qui lui restent encore avant de partir. Il hésite un moment, puis il décide de se rendre à l’aéroport. Il va rester deux heures à attendre. Puis, il reconnaît la voiture de Si Mahfoud. Il voit Malika et Sabrina descendre. Son cœur se mit à battre.  Il a d’abord l’idée de se cacher, mais il arrive à vaincre sa timidité. Il avance. Sabrina le voit la première.
-Maman, regarde !
Malika s’exclame à son tour.
-Rafik !
Il remarque qu’elle n’a pas dit, comme d’habitude, “monsieur Rafik”, mais Rafik. Cette familiarité l’enchante et l’encourage à avancer.
-Bonjour, dit-il.
-Vous êtes venu, dit Si Mahfoud, ému.
-Je voulais dire au revoir à Sabrina et lui souhaiter un bon séjour !
Rafik prend le bagage à main de Malika.
-Vous vous donnez beaucoup de
peine ! Il les accompagne jusqu’à l’entrée des douanes. Les passagers s’apprêtent à entrer dans la zone d’embarquement. C’est le moment des adieux. Sabrina enlace son père. Rafik lui tend la main, mais elle l’embrasse lui aussi.              

                 
(à suivre)
G. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER