Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le vent de l’été

11e partie

Résumé : Hind l’attendait pour le déjeuner. Après ce qu’elle venait d’apprendre sur sa sœur, Nacéra n’avait pas vraiment envie de sortir ; mais pour éviter les questions de son amie, elle décide de se rendre à leur rendez-vous.

 

Nacéra se pince pour se prouver qu’elle ne rêvait pas. Hélas ! c’était la triste réalité. Pourvu que les choses s’arrangent rapidement, sinon…
Elle ferme les yeux, et laisse l’eau couler sur son corps. Ah ! si on pouvait effacer tous les malaises humains par un simple jet d’eau !
Elle se sèche et s’habille rapidement, avant de descendre au salon de coiffure du quartier où elle se fera faire une mise en pli.
Puis elle remonte pour choisir une tenue plus appropriée pour cette journée un peu spéciale. D’ailleurs, elle avait demandé à sa coiffeuse de la maquiller légèrement afin d’effacer les traces de fatigue et camoufler son teint terne.
Devant sa glace, elle se contemple un moment, avant d’ajuster son tailleur coupé sur mesure et de mettre un collier autour de son cou. Elle est enfin fin prête pour son rendez-vous avec son amie.
Sa mère, qui préparait le déjeuner dans la cuisine, fronce les sourcils à sa vue :
-Te voilà parée comme pour te rendre à une fête. Tu m’avais pourtant dis que tu allais juste déjeuner avec Hind.
-Exact ! Mais, pour une fois, nous avons décidé de faire des folies et de nous rendre dans un restaurant chic.
-Quelle idée ! Pourquoi donc ?
-Eh bien pour changer un peu. Disons pour faire comme les gens d’un certain standing.
Sa mère secoue la tête :
-Tu ne sors pas souvent, et parfois juste pour acheter tes accessoires de couture, mais aujourd’hui tu veux réellement toucher le plafond. On te prendrait facilement pour une nouvelle mariée, ma chère fille, alors que tu as dépassé l’âge d’être une mariée. D’ailleurs (elle hausse les épaules), tu t’entêtes à refuser encore ces rares prétendants qui se présentent une fois par hasard.
Nacéra, qui connaissait par cœur la litanie de sa maternelle à son égard, se contentera d’essuyer ses remontrances sans broncher. Un jour elle saura pour Maissa… Et ce jour-là, on entendra sûrement un autre son de cloche. Afin d’éviter le répertoire acerbe de sa mère, Nacéra s’empresse de tourner les talons et de quitter les lieux.
Un soleil radieux planait sur la ville, et elle se met à marcher à petits pas tout en humant les différentes senteurs coutumières. Par là, c’est le jardin et ses fleurs qui embaumaient, ensuite, c’est le marchands de beignets dont les relents de fritures vous prenaient à la gorge, plus loin, c’est le restaurant du quartier, qui n’était pas encore ouvert à cette heure matinale, alors que des cuisines qui se trouvaient du côté du trottoir dégageaient de fortes odeurs d’épices et d’oignons. Et puis, il y a le marchand de cacahuètes avec son étalage tout chaud et croustillant, et enfin le coiffeur pour hommes, qui, fenêtres grandes ouvertes, vous mettait pleines les oreilles des rythmes endiablés de raï, tandis que des effluves de shampooings et de lotions après rasages agressaient vos cloisons nasales.
Nacéra traverse tout le quartier, avant d’atterrir sur la grande place de la rue principale. De là, elle pourra prendre un taxi qui la déposera au square du centre-ville.
Elle jette un coup d’œil furtif à sa montre-bracelet et constate qu’elle avait assez de temps pour faire quelques magasins de tissus avant l’heure de son rendez-vous.
Cette balade l’occupera pour une heure ou deux, et elle pourra souffler devant les nouveaux arrivages et oublier ses préoccupations. D’ailleurs, elle avait prévu, pour la prochaine saison, un grand défilé de mode…
Mais… pourrait-elle tenir ses engagements ? Son esprit encombré n’était pas au beau fixe en ce moment pour lui permettre d’ordonner ses idées et donner libre cours à sa créativité.
Elle hèle un taxi qui la déposera une demi-heure plus tard au centre-ville et remarque tout de suite la grande foule qui se bousculait devant l’entrée d’un grand magasin de prêt-à-porter.
Les femmes tentent de trouver chacune à sa manière une échappatoire à leurs soucis… Là-dessus elle en connaissait un bout, car elle recevait tous les jours ces passionnées de la mode qui, en fait, veulent juste paraître à leur avantage pour camoufler les aléas du temps, ou oublier devant la glace leurs multiples soucis quotidiens.


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER