Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

AUTRES / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

11e partie

Résumé : Azzedine et Dr Malek attendaient des nouvelles de la malheureuse accidentée qui se trouvait encore en réanimation. L’inspecteur Omar en profitera alors pour demander des renseignements sur sa tenue vestimentaire. Resté seul, Azzedine médite sur ce qui lui arrive.

Il soupire. Parfois, des choses arrivent comme ça, à l’improviste, sans crier gare. Il se rendait à l’école. Il roulait à vitesse modérée et n’aurait jamais imaginé qu’il allait heurter cette petite. Dr Malek, accompagné de l’inspecteur, revenait vers lui.
-Nous avons retrouvé les affaires de la fillette.
-J’espère que cela permettra à la police de retrouver sa famille.
L’inspecteur ébauche un sourire.
-Ces petits détails sont parfois de grande utilité.
-Je n’en disconviens pas, inspecteur, réplique Azzedine. Je vous demanderais seulement, dans le cas où vous aurez des nouvelles des parents de la petite, de me mettre en contact avec eux. Je suis vraiment désolé de ce qui est arrivé, et je devrais au moins m’en excuser.
-Et nous devrions encore vous convoquer au commissariat pour reconstituer les faits de cet accident. Vous avez déjà signé une première déclaration. Nous allons établir un PV, et nous verrons la suite à donner à cette affaire, si les parents déposent plainte.
-Ils en auront tous les droits, et je suis prêt à assumer mes responsabilités, inspecteur.
-Vous êtes quelqu’un de consciencieux, jeune homme. N’importe qui à votre place aurait tenté de se
dérober.
-Pourquoi ? J’ai bien heurté avec mon véhicule cette malheureuse petite !
-Oui. Mais d’après les témoins, vous n’étiez pas fautif.
-Peu importe, le résultat est là. Cette gamine est toujours en train de lutter pour sa survie.
-Plus maintenant, lance Dr Malek. Elle vient de reprendre connaissance.
-Dieu soit loué. Pourra-t-on la voir ?
-Pas avant demain matin.
Le jeune homme se lève.
-Alors, je ferais mieux de rentrer. Je reviendrai sûrement aux premières heures de la matinée.
-Pas si tôt. Retrouvons-nous à la réception vers 10h. D’ici là, laissons notre inspecteur faire son travail pour retrouver la famille de cette
petite.
Les deux hommes prennent congé, et l’inspecteur Omar se laisse tomber sur une chaise.
Il ouvrit le sac en plastique qu’il tenait précieusement dans sa main et en ressortit une petite robe de fillette, toute tachée de sang. Cependant, sur les plis intérieurs, et il n’eut aucun mal à identifier la couleur d’origine du vêtement, qui était d’un rose assez foncé. Il ébauche un sourire.
Le puzzle se reconstituait de lui-même. La fillette qui se trouvait encore en réanimation, et fort heureusement ses jours n’étaient plus en danger, n’était autre que l’enfant qui avait disparu dans l’après-midi. Il fouine encore dans le sac, et en retire une petite sandale blanche et un petit paquet qui contenait des boucles d’oreilles en forme de cœur. Il n’y avait plus aucun doute. Il se remémore que lorsqu’il avait procédé à une première enquête sur les lieux de l’accident, il avait remarqué qu’un salon de coiffure se trouvait dans le coin. Rien de plus simple que d’imaginer la suite.
À la vue de la devanture, et croyant avoir retrouvé sa mère, la gamine avait traversé la route sans réfléchir. Ce n’est qu’une enfant, se dit-il. Une enfant, qui avait dû avoir la peur de sa vie, en constatant qu’elle avait perdu ses repères et s’était égarée.
Il pousse un soupir de soulagement avant de jeter un coup d’œil à sa montre-bracelet.
Il se faisait tard. Va-t-il annoncer la bonne nouvelle à la maman ? Sera-t-elle heureuse d’apprendre que sa fille avait été retrouvée ?
Il se rembrunit. La jeune femme va vouloir voir son enfant, et il ne pourra pas lui cacher l’accident et ses conséquences.
Comme toutes les mamans, celle-ci aussi ne croira jamais à sa version, même s’il lui dévoilait que tout danger était écarté.
Elle va sans doute vouloir se rendre à la réanimation.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER