Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

11e partie

Résumé : Offusqué par la réponse brutale de sa fiancée, Merouane quitte les lieux. Farida le suit et lui reproche de l’avoir coincée devant sa famille. Elle lui proposera de rediscuter sur le sujet plus tard.

 

Elle sentait que toute la famille se liguait contre elle maintenant, car elle était celle qui remettait en cause les bonnes intentions de son fiancé. Et quelles en étaient les raisons ? Elle secoue la tête : sûrement pas sa carrière professionnelle ! Il ne faut pas se leurrer.
Elle se met à essuyer la vaisselle en repensant à ce qui s’était passé durant le déjeuner. La journée avait pourtant bien débuté pour elle.
Une fois tout en ordre dans le salon et la cuisine, les trois sœurs se retirèrent dans la chambre de Farida pour discuter entre elles.
Les enfants étaient sortis avec leurs pères, et le vieux Omar faisait sa sieste devant la télé.
Farida s’étire.
-Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas retrouvées toutes les trois.
-Tu n’es jamais à la maison de la journée. Heureux encore que tu ne sois pas en mission ce week-end, renchérit sa sœur aînée.
-Voyons, Nassima, tu sais bien que je ne peux pas me désister d’une mission. Mon travail exige des déplacements, et je dois assumer mes responsabilités.
-C’est pour cela que tu refuses de te marier de sitôt, lance Meriem, la
cadette.
-Mais non, ce n’est pas pour cela.
-Tu n’as cessé de brandir en bouclier ton boulot et tes ambitions. Quelles en sont alors les raisons, si ce ne sont pas ces facteurs qui te bloquent ?
Farida se met à se ronger les ongles. Elle ne trouvait rien à répondre à ses sœurs, tout comme elle n’avait rien trouvé à répondre à Merouane.
-Donne-nous donc des arguments valables pour retarder ce mariage.
-Je vais me décider à fixer une date, cela vous va ?
-Non, cela ne nous va pas. Ton fiancé est parti bien déçu tout à l’heure. Tu n’as pas le droit de le malmener ainsi.
-Et vous ? Vous avez le droit de me malmener ?
-Oui, parce que, nous, nous sommes tes sœurs et nous ne voulons que ton bonheur. Cet homme, c’est toi-même qui l’a choisi, personne ne te l’a imposé et, sans vouloir le flatter, Merouane est un type bien comme il faut, un homme que toutes les femmes sensées rêvent d’avoir pour époux. Attends-tu que l’une d’elles lui mette le grappin dessus pour réagir ? Ce sera trop tard, ma chère sœur, les remords et les regrets deviendront alors ton lot quotidien.
-Oh ! arrêtez donc toutes les deux. Je pensais qu’on allait passer un agréable moment ensemble et ne voilà-t-il pas que vous me gâchez la journée.
-Ah ! mademoiselle trouve que nos conseils lui gâchent sa journée. Ne sait-elle donc pas qu’elle est en train de gâcher sa vie ?
Nassima et Meriem continuèrent à harceler leur sœur. N’en pouvant plus de leurs remontrances, Farida cria gare.
Elle ira même jusqu’à leur faire la promesse de prendre une décision dans les prochains jours. Promis, juré. Elle en discutera bientôt avec Merouane, et ensemble ils fixeront une date pour leur mariage. En tout cas, l’été approchait à grands pas. Si elle voulait se marier, ce serait durant cette saison.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER