Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

11e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Le grand jour arrive à grands pas. On récite la Fatiha pour officialiser l’union des deux jeunes mariés, puis Fettouma est exposée aux yeux de toute l’assistance féminine avant d’être enveloppée dans un burnous pour quitter la maison paternelle.

Enfin, on l’installe sur le grand lit à baldaquin et on lui ôte le burnous. Il était temps ! Avec la chaleur qui régnait, la jeune mariée était au bord de l’évanouissement.
Lla Kheira vient l’embrasser et lui souhaiter la bienvenue chez elle. Tout de soie vêtue, elle paraissait encore plus énorme qu’à ses habitudes. Des bracelets en or tintaient à ses gros bras  et de lourdes boucles d’oreilles pendaient de ses oreilles. Cette femme symbolisait, à elle seule, la réussite de sa famille.
Malika, sa belle-sœur, l’embrasse à son tour, et lui fait avaler deux cuillères de miel et un verre de lait. Un rituel dans les familles algéroises, qui symbolise le bonheur et la prospérité.
Fettouma déglutit…  Sa gorge était nouée par l’émotion et la tristesse. Elle se sentait mal à l’aise dans sa veste ajustée en velours noir et brodée de fils dorés. Son sarouel collait à sa peau. Elle se met à s’éventer. Quelqu’un vint arranger sa coiffe. Son long foulard en soie pure était retenu par un fil doré et camouflait sa belle chevelure.
Faïza lui tendit un mouchoir. La mariée s’empresse de s’essuyer les yeux. Son k’hol avait coulé, et elle ressentait encore la brûlure chaude et fraîche du passage de la cire à épiler sur tout son corps. En sus des préparatifs qui avaient pris plusieurs jours, le passage obligatoire au hammam la veille et tous les soins qui lui ont été prodigués l’avaient fatiguée et une migraine la taraudait.
“Cela ira mieux d’ici tout à l’heure”, lui dit sa sœur Samia. “Tu es encore un peu émue. Mais cela te passera quand tu verras Mahmoud.”
Fettouma  était surprise d’entendre sa sœur lui parler du jeune homme. Mais comment avait-elle donc fait pour oublier que dans quelques heures, il sera son mari devant Dieu et ses hommes ?
Elle se demanda alors si elle n’était pas en train de rêver de toute cette scène et de tout ce tapage. Elle se pince. Non elle ne rêvait pas. Aujourd’hui, elle se mariait avec Mahmoud.   
Elle jette un coup d’œil circulaire et constate que Lla Kheira avait tout prévu. Le décor de la chambre était magnifique, et tout ce qui l’entourait sentait le luxe et le confort. Elle passe une main sur le couvre-lit en soie mitonnée, puis relève les yeux pour croiser le regard de Faïza. Sa sœur sourit et lui chuchote :
-C’est du neuf, Lla Kheira n’a pas lésiné sur les dépenses. Tant mieux pour toi Fettouma, tu n’auras pas à tendre la main pour demander quelque chose durant un bon bout de temps.
-Oui... Ça, je le savais. Elle aime mettre plein la vue cette vieille Kheira.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER