Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

12e partie

Résumé : Le puzzle se reconstituait. L’inspecteur avait trouvé les preuves formelles qui indiquaient que la fillette qui se trouvait en réanimation était bien la fille de Anissa… Mais sachant que cette dernière n’allait pas croire à sa version, il s’abstint d’aller lui annoncer la nouvelle dans l’immédiat.

Il soupire… Que c’est dur de devoir affronter quotidiennement ces affaires sociales, qui n’en finissent jamais… Depuis plus de 20 ans qu’il était dans la police, il avait eu à faire face à un tas de conflits, et d’affaires scabreuses, sans pour autant baisser les bras… Néanmoins, parfois, il est confronté à des situations plus ou moins délicates… Il se lève et se met à arpenter le couloir… Reconnaissant l’infirmière qui s’occupait de Anissa, il s’arrête au niveau des escaliers, et s’adresse à elle :
-Comment va notre patiente ?
-Assez bien, je viens de lui administrer un sédatif, et elle s’est endormie. On peut dire qu’elle a eu une rude journée.
-C’était le cas effectivement.
-J’espère que cet homme, je veux dire son mari, en aura pour ses frais… Cette malheureuse aurait pu mourir si la police n’était pas intervenue à temps.
-Vous pouvez le dire.
Malgré cela, cette bonne dame refuse de déposer plainte. L’infirmière le regarde ébahie :
-Non ! Franchement, je ne vous crois pas !
-Vous n’auriez alors qu’à lui poser la question à son réveil… Heu… J’aimerais juste vous signaler qu’on a finalement retrouvé sa fille…
L’infirmière porte une main à sa bouche :
-Sans blague ?
-Je ne pense pas que de telles choses prêtent à des plaisanteries…
-Mon Dieu ! C’est sa mère qui sera contente. Où l’avez-vous retrouvée ?
-Ici, Dans cet hôpital.
La femme ouvrit de grands yeux :
-Vous voulez dire, qu’elle est…
-Elle est en réanimation… C’est la petite fille qu’on a ramenée dans l’après-midi.
-Celle qu’un chauffard avait heurtée…
-Je ne pourrais en dire autant… C’était un accident, la fille avait remarqué un salon de coiffure, et en voulant rejoindre sa mère, elle a traversé la rue.
-À son âge, c’était compréhensible… En sus, elle devait être dans tous ses états, en constatant qu’elle était loin du salon où sa maternelle s’était rendue.
-Tout à fait…
L’infirmière ébauche un sourire :
-C’est sa pauvre maman qui sera heureuse de la retrouver.
-Pas seulement… La petite aussi sera ravie de revoir ses parents, mais tout compte fait, je préfère temporiser encore quelques heures avant de leur apprendre cette nouvelle…
Elle fronce les sourcils :
-Pourquoi donc ? Vous voulez les torturer davantage ?
-Mais non, mais non… Toutefois, je compte demander une photo pour m’assurer que je ne fais pas fausse route… Je viens juste d’identifier les effets de la petite… Et selon les descriptions de sa mère, il s’agit bien d’elle… Néanmoins, une photo abolira tous les doutes.
-Vous avez raison inspecteur…
Elle sourit :
-De toute manière, je ne vous aurais pas permis de réveiller ma patiente. Elle était si agitée, que je n’ai eu d’autres recours, que celui de lui administrer un sédatif…
-Vous avez bien fait. Vu son état, elle devrait se reposer…


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER