Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Si ma vie m’était contée

13e partie

Résumé : Le week-end arrive. Yamina est heureuse de recevoir ses parents sous son toit. Slimane et elle sont allés les récupérer. Dans le véhicule de ce dernier, les deux vieux semblaient très à l’aise.

 

Il réduit le son de la radio et se retourne vers son beau-père qui égrenait son chapelet.
-Alors, ammi Saïd, comment te sens-tu ?
Le vieil homme lève une main tremblante.
-Bien. Grâce à Dieu. À mon âge, on ne peut demander plus, et maintenant que je suis tranquille sur l’avenir de ma fille, je peux songer à mourir en paix.
-Voyons, ammi Saïd, tu as encore de belles années à vivre parmi nous.
-Penses-tu… !
-Mais bien sûr que je le pense. Tu te portes on ne peut mieux pour ton âge.
Il toussote et reprend comme pour se détourner du sujet.
-Le week-end s’annonce radieux. Nous pourrions nous installer au jardin ou sur la terrasse pour profiter des bienfaits de la nature. Le soleil te fera le plus grand bien, ammi Saïd.
-Inchallah, mon fils. Inchallah.
Yamina, qui suivait la conversation distraitement, se demande si son mari n’était pas trop vieux pour se faire appeler “mon fils” par son père. En fait, il n’y avait pratiquement pas une grande différence d’âge entre les deux hommes. Une dizaine d’années tout au plus.
Une semaine passe. Le vieux couple qui a apprécié son séjour dans la maison de son gendre s’apprête à rentrer chez lui. Yamina était triste à l’idée de se retrouver à nouveau seule dans la grande maison.
Slimane proposera à ses beaux-parents de prolonger leur séjour, mais ils refusèrent de les encombrer davantage de leur présence. La vieille Kheira, qui avait ses habitudes, se sentait comme une intruse au sein du couple, et était embarrassée à l’idée d’être une corvée pour sa fille et son beau-fils.
Yamina passera donc sous le joug et raccompagne ses parents chez eux. Comme Slimane devait se rendre en Tunisie l’espace d’un week-end, elle passe deux jours entiers auprès d’eux, avant de réintégrer son foyer.
Slimane remarque son air renfrogné et son manque d’entrain. Il comprend alors que sa femme s’ennuyait et décide de prendre les devants pour lui ouvrir un magasin au plus tôt. Il avait déjà prévu un local pour une activité commerciale et n’avait plus qu’à débloquer un budget pour l’achat des marchandises. Yamina ne refuse pas cette fois-ci de se lancer dans l’habillement féminin.
Ils décidèrent d’un commun accord d’importer des articles de grandes marques ainsi que des cosmétiques.
Un créneau que Slimane jugea fort lucratif. Il prendra alors quelques jours de congé et ils programmèrent un voyage en Europe afin de s’approvisionner. Deux semaines durant, ils n’eurent aucun répit. Se rendant dans tous les magasins susceptibles de satisfaire leurs exigences, ils dépensèrent leur argent dans l’achat de vêtements, lingeries, chaussures, parfums, etc.


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER