Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

15e partie

Résumé : Après un long moment, Fettouma arrive enfin à réprimer son fou rire nerveux. Elle s’affale sur son lit, épuisée, puis se relève pour engager une conversation avec son mari. Ce dernier lui demande si elle n’était pas heureuse d’être avec lui.

Elle secoue sa tête :
-Je ne me sens pas assez mûre pour entamer une vie conjugale. Tu sais Mahmoud, au fond de moi-même, je suis encore cette fillette qui aime s’amuser et chanter à tue-tête avec ses amies. Je possède des poupées et j’occupe mon temps  à les habiller, et à les maquiller, je leur parle et je les cajole. Je joue avec elles, et enfin je les remets dans mon armoire en leur promettant de revenir plus tard.
Il rit :
-Mais tu es assez grande maintenant pour comprendre que dorénavant tu auras autres occupations. Nous aurons des enfants et tu seras tellement occupée par eux, que tu oublieras bien vite tes habitudes de gamine.
Elle rit :
-Tu as peut-être raison Mahmoud. J’espère que je ne te décevrai pas.
Elle passe une main sur son ventre puis, sans lui laisser le temps de riposter, elle lance :
-J’ai une faim de loup, je n’ai rien mangé de la journée.
Mahmoud l’invite d’un geste à se mettre à table. On avait dressé pour eux dans un coin de la chambre un petit banquet qui comportait des plats délicieux.
Fattouma ne se fera pas prier. Elle s’installa sur un coussin et pris une louche pour se servir une chorba. Puis elle se ravisa, et préféra un plat sucré qu’elle attaqua sans attendre, avant de  s’emparer d’un hors-d’œuvre et d’un morceau de pain frais. Elle se rendit compte enfin que son mari ne mangeait pas, mais plutôt, la regardait manger.
Elle fronce les sourcils :
-Tu n’as pas faim Mahmoud ?
Il ébauche un sourire :
Non, je n’ai pas faim, je suis plutôt fatigué. Mange, Fettouma. Je suis heureux de constater que tu as bon appétit ce soir.
La jeune mariée remarque le cœur d’un mouton qui baignait dans une belle sauce rouge et épicée. Elle en découpe un morceau qu’elle tendit à son mari :
-Goûte cette préparation. Je suis certaine que c’est une spécialité de ta mère. Je t’offre un bout de cœur.
Mahmoud mord dans le morceau de viande, puis se met à le mâcher, en regardant sa jeune épouse dans les yeux.   
-Je veux que tu m’offres ton cœur Fettouma.
Elle rit :
-Ah… !  Celui-là est bien au chaud là où il est, ne sois pas trop exigeant, Mahmoud.
-Mais si je devrais plutôt l’être. Je suis... Je suis… Oh ! Fettouma, je ne sais pas parler devant toi… Tu es si belle, si mignonne dans cette tenue de noces.
Elle rit encore :
-Et toi ? T’es-tu regardé dans une glace ?
Elle brandit son index :
-Je parie que tu portes une de ces tenues que ton père affectionnait dans sa jeunesse.
Mahmoud lui prend la main :
-Fettouma, je porte la tenue que mon père portait le jour de son propre mariage.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER