A la une / Récit de Yasmina Hanane

La brûlure de la braise

16e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Annaba se trouvait au Nord. Il va falloir prendre deux bus, pour y arriver…Ameur appréhende les dépenses que le voyage va entraîner. Saad tente de le persuader …Peut-être que cet héritage tombe à point…

Il m’interrompt :
-Arrête de penser à ça…Pour le moment nous ne connaissons absolument rien de cette affaire qui me paraît plutôt louche…Tu te rends compte un peu… ? Un cousin qui n’a plus aucun parent, et qui me lègue ses biens….
Il secoue sa tête :
-Dans ma famille, nous avons toujours été maquignons, bergers, et nomades. Comment donc croire cette histoire ?
-Peut-être que ce cousin a réussi là où les autres ont échoué…
-Comment ça ?
-Je ne sais pas. Mais enfin papa, pourquoi te torturer par ces questions inutiles? Nous aurons bientôt toutes les réponses.
Loin d’être convaincu, il se gratte le menton :
-Je suis vraiment sceptique, mon fils. Il doit y avoir une énorme erreur quelque part…
La nuit était tombée…Ma mère s’affairait dans le “coin cuisine”. Elle ressort dans la cour, et nous jette un regard curieux…Pour éviter ses questions, mon père se lève et se dirige vers l’écurie.
Elle s’approche alors de moi, et me demande :
-Qu’a bien pu raconter cet étranger à ton père ?
-Oh ! Pas grand-chose…Père est convoqué chez un homme de loi…Nous allons nous rendre ensemble à Annaba.
-Annaba ?
Elle fronce les sourcils :
-C’est bien loin.
-Oui…Père appréhende déjà ce voyage.
Je tente de me lever, mais elle me retient :
-C’est curieux.  Je ne connais qu’un seul cousin qui habitait Annaba depuis l’indépendance. C’est le fils de mon oncle Aïssa, mort au maquis.
Elle s’interrompt et porte la main à sa tête :
-Ne me dis pas que le notaire convoque ton père pour une affaire d’héritage ?
-Ça m’en a tout l’air maman.
Ma mère me regarde, puis se lève et se traîne jusqu’à sa cuisine sans prononcer un mot. Contrairement à mon père, elle au moins, m’avait aiguillé vers ce cousin, installé à Annaba depuis des lustres.
Je tente de reconstituer le puzzle : un cousin déraciné, sans descendance, et riche comme Crésus, qui réapparaît du jour au lendemain à travers un testament pour nous léguer tous ses biens!
Plus optimiste que moi n’existait pas cette nuit-là ! La mort dans l’âme, mon père consentira enfin à faire le voyage et à se rendre à Annaba.
Le bus cahotait sur des terrains accidentés…Durant de longues heures, nous fumes secoués comme dans un couscoussier…Mon père avait vomi tous ses tripes et semblait sur le point de rendre l’âme lorsque le véhicule se stabilise et emprunte la route nationale pour bifurquer vers l’Est…

(À  SUIVRE) Y. H.