Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Récit de Yasmina Hanane

Les racines de l’amour

16e partie

Résumé : Mokrane, le mari de Zineb, rentre des champs et sentit tout de suite que quelque chose n’allait pas. D’autant plus que ses parents avaient disparu dans la soupente au moment du déjeuner. C’était vraiment curieux.

 

Zineb met un index sur sa bouche :
- Chut ! ils peuvent t’entendre. Peut-être que ton père est préoccupé par une chose trop sérieuse  ou doit prendre une décision et…
- Si c’était le cas, il nous aurait tous réuni et mis au courant, l’interrompt Mokrane. Tu connais ses habitudes.
Zineb hoche la tête :
- Possible qu’il ne veut pas vous en parler cette fois-ci.
- Impossible. Je connais mon père.
À  ce moment, Belkacem fit irruption dans la salle et vint s’asseoir auprès de son frère. Zineb s’esquive et Ghenima rejoint ses frères :
- Je vais servir tout de suite le déjeuner. Ma mère a dû oublier l’heure.   
Mokrane la contemple un moment. Sa sœur est devenue une très jolie jeune fille, qui ne va pas tarder à les quitter.
Ghenima dépose devant ses frères un plat de couscous, du petit lait, des olives, de l’huile d’olive, des figues sèches et de la galette.
- Où sont nos parents ? demande Belkacem. Et pourquoi ne mangeons-nous pas tous ensemble comme d’habitude.
Mokrane ébauche un sourire :
- Tu veux dire que notre père nous fausse compagnie aujourd’hui et que la vieille n’est pas venue sermonner ses belles-filles, avant de leur ordonner de s’asseoir pour déjeuner.
-Oui. Tu ne trouves pas un peu étrange que nous nous retrouvions seuls toi et moi à gratter dans ce plat, tandis que le reste de la famille se trouve ailleurs ?
- Tu exagères Belkacem, toute la famille est ici, seulement, je t’avoue que je trouve moi aussi curieux que nos parents s’entretiennent comme ça  entre eux dans la soupente en plein milieu de la journée, et qu’aucun d’eux ne daigne descendre nous informer de ce qui se passe.
- Cela doit être vraiment très sérieux.
- Raison de plus pour nous en faire part.
- Ne crois-tu pas que c’est au sujet des derniers lopins de terre qui reviennent à maman, et que père voulait vendre ?
-  Je ne sais pas Belkacem. Mais même dans ce cas, la famille devrait tenir une réunion. Nous sommes tous concernés par cette affaire tout de même et mère n’acceptera jamais de nous tenir à l’écart d’une affaire aussi importante.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER