Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

21e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Lla Kheira continue de sermonner sa bru. Alors que les hommes rentrent pour le déjeuner, elle ne rate pas l’occasion de lui faire sentir encore une fois que c’est elle la maîtresse de maison. Fettouma est gênée, mais n’ose pas rouspéter.

Mahmoud qui avait suivi la scène, remarque tout de suite la tension qui régnait entre sa femme et sa mère.
Il jette un coup d’œil à son père, et ce dernier qui avait dû ressentir la même chose, lui presse la main :
-Mangeons avec la bénédiction de Dieu. Nous aurons tout de temps de discuter après.
Lla Kheira se met à servir les hommes d’abord, puis se sert avant de servir Fettouma.
Elle jette un coup d’œil à son mari, et lance tout  en mangeant :
-J’ai préparé ce plat avec le bout de viande qui restait, pour te dire qu’on n’a presque plus rien dans nos réserves.
Si Tayeb hoche la tête :
-Remercions Le Très-Haut pour ce qu’il nous offre… Je disais à Mahmoud que la plupart des familles de notre quartier et même d’ailleurs ne mangeaient pas à leur faim. Il y en a qui ne peuvent même plus marcher et souffrent d’inanition.
Elle hoche la tête :
-Oui… À chacun son destin, mais il y a aussi ceux qui ne le comprennent pas ou font mine de ne pas le savoir.
Elle jette un coup d’œil en biais à Fettouma, avant de poursuivre :
-Heureusement que je suis là à gérer la maison telle une fourmi. J’ai déjà roulé quelques kilos de couscous pour l’hiver et réservé plusieurs pots de variantes et légumes secs.
-Tu as toujours été prévoyante, Kheira, lance son mari avec
froideur.
Il avait surpris le regard glacial qu’elle avait jeté à Fettouma et s’était promis de lui en faire le reproche plus tard.
Il dépose sa cuillère et s’essuie les lèvres avec une serviette. Kheira  fronce les sourcils :
-Tu n’as presque rien mangé Si Tayeb. Ne serais-tu pas souffrant ?
-Il fait chaud aujourd’hui. On a plus envie de dormir que de manger.
-Mais tu peux tout même prendre des fruits.  
Elle tend son bras, et secoue Fettouma :
-Qu’attends-tu donc pour ramener la corbeille de fruits ?
La jeune femme allait se lever, mais Si Tayeb l’en empêche en posant une main sur son
épaule.
-Rassois-toi ma fille. Il n’y a pas le feu. Termine ton assiette.
Fettouma se rassoit mal à l’aise tout en évitant le regard coupable de sa belle-mère.
Cette dernière révoltée se lève elle-même pour aller chercher la corbeille de fruits qu’elle dépose d’un geste brutal sur la table.
Si Tayeb se lève sans toucher aux fruits :
-Je ne sais pas ce que tu as aujourd’hui Kheira, mais ton attitude envers Fettouma ne me plaît pas.
Surprise par les paroles de son mari, Lla Kheira dont le visage venait de virer au pourpre, se relève à son tour :
-Ah… Je vois…
Elle pousse un soupir :
-Je ne sais pas pourquoi vous êtes tous aux petits soins pour elle… J’aurais tendance à penser, qu’elle vous a tous embobinés.
-Garde tes pensées pour toi, ma chère femme. Cette innocente supporte tes sautes d’humeur sans broncher. Tu es trop dure avec elle.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER